13è tour cycliste du Bénin:Les cyclistes béninois encore à la traîne

13è tour cycliste du Bénin:Les cyclistes béninois encore à la traîne

0
PARTAGER

Le 13è tour cycliste du Bénin a pris son envol mercredi. Mais les membres du Comité exécutif de la Fédération béninoise de cyclisme (Fbc) ne pensent pas au succès des coureurs locaux. L’essentiel pour eux est d’organiser des tours. Sinon, comment comprendre que depuis que cette Fédération est en place, le cyclisme a toujours du plomb dans l’aile.

Tout se passe comme si on a du plaisir à toujours prendre les mêmes et à recommencer avec les mêmes bêtises. Aux 11è et 12è éditions, les cyclistes béninois ont tout le temps joué les derniers rôles. Idem à Lomé pour le tour du Togo. Pour ce tour, les coureurs béninois ont bénéficié d’une mise au vert d’une semaine qui s’est déroulée dans la localité de Bohicon. Mais, pour quelle portée ? Un résultat nul puisque les maux qui minent le cyclisme béninois sont connus. La famille est divisée. Les sponsors n’affluent pas car les membres du Comité exécutif n’inspirent pas confiance. Pas de sélection rigoureuse ; le cheval de bataille du président Romuald Hazoumè, alors que ce ne sont pas des talents qui manquent. L’impréparation, le copinage, le clientélisme, le nivellement par le bas et les intérêts personnels priment sur toutes autres considérations. Comment comprendre que les cyclistes de Zoum-Zoum vélo club de Porto-Novo, le club le plus sérieux (le seul club à avoir signé des contrats en bonne et due forme avec ses cyclistes) et le plus capé du Bénin, ne fassent pas partie de la sélection ? Dans ces conditions, il est clair que le naufrage sera collectif lorsque vous avez des concurrents comme des Burkinabè, des Togolais, des Ivoiriens et autres qui sont en compétition. Des cyclistes belges et français sont également dans la course. Le comble !

Le Bénin ne peut rien espérer

De sources concordantes, le Bénin a présenté deux équipes de quatre coureurs. Ce qui est d’ailleurs contraire aux normes de l’Union cycliste internationale (Uci) qui exige qu’une équipe dans ce genre de compétition soit composée de six coureurs au minimum et de neuf au maximum. Le tour a pris départ à Parakou. Et à l’issue de la 1ère étape Parakou-Savè, ce sont deux cyclistes béninois qui ont tenu la lanterne rouge. Ce qui prouve que ça commence mal pour les coureurs béninois. Il y a eu un transbordement de Savè à Dassa. De Dassa, les coureurs ont rallié Bohicon pour la 2è étape. C’est dire donc qu’on ne peut absolument rien attendre des cyclistes locaux tant qu’on ne cessera pas avec l’amateurisme qui est le lot quotidien de cette Fédération qui n’a plus rien à prouver. En ce moment où nous parlons de la rupture, il est temps de rompre avec les vieilles habitudes au niveau du cyclisme béninois afin que les hommes de qualité prennent d’assaut ce Comité exécutif qui s’est assez amusé avec l’avenir des cyclistes béninois. Evidemment, sous d’autres cieux, le cyclisme nourrit son homme. Il est temps que le tout nouveau ministre des Sports Oswald Homéky siffle la fin de la récréation car la Fédération béninoise de cyclisme fait aussi partie des Fédérations qui sont malades de leurs dirigeants.

E.A.B

Bassirou Konté remporte la 2è étape

La 2è étape du 13è tour cycliste du Bénin a été courue hier entre Dassa et Bohicon. C’est l’Ivoirien Bassirou Konté qui s’est encore imposé, en avalant les 80 km en 1h44min6s. Il devance le Belge Bart Tribout (2è) et le Burkinabé Hamidou Yaméogo (3è). Le seul point chaud de cette étape (Setto) a été remporté par le Burkinabé Abdoulaye Rouamba. Il devance son compatriote Abdoun Sokondo (2è) et le Nigérian John Dieprye (3è).

E.A.B

 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE