Violences faites aux filles en milieu scolaire : Les populations de l’Alibori...

Violences faites aux filles en milieu scolaire : Les populations de l’Alibori sensibilisées sur le phénomène

2
PARTAGER

Faire connaître les lois protégeant les filles/femmes à la communauté, notamment celle n°2006-19 du 05 septembre 2006 portant répression du harcèlement sexuel et protection des victimes en République du Bénin et la loi n°2011-26 du 04 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes. Tel est l’objectif visé parl’Ong Gajes en collaboration avec Equi-Fillesen célébrant en différé, du 15 au18 mars 2016, à Malanville, l’édition 2016 de la Journée internationale de la femme (Jif). C’est une activité qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet Vi-kanxixo, un projet entièrement financé par l’USAID-Bénin. Une marche, des séances de sensibilisation grand public, et un plaidoyer des femmes membres des Associations Mères d’Elèves et des élèves à l’endroit des autorités communales de Malanville ont été les activités qui ont meublé cette célébration. Les séances de sensibilisation  conduites par les Associations Mères d’Elèves (AME)ont été organisées à l’endroit des populations des communautés de Fadma dans la commune de Malanville, de Sompérékou dans Banikoara et de Gounarou dans la commune de Gogounou. Des affiches mettant en relief le harcèlement sexuel en milieu scolaire ont été lesoutils de sensibilisation utilisés par les communicatrices. Ces affichesont été présentées aux élèves qui après un tempsd’observation ont été soumises à des questions de compréhension du phénomène.  Des réponses ont été apportées aux questions ainsi qu’un aperçu sur les conséquences du harcèlement sur la victime. Face au harcèlement en milieu scolaire, les questions relatives aux voies de recours ont été posées aux élèves. Des réponses furent également données afin de leur permettre d’appréhender les différents contours du phénomène.Pour le représentant des autorités locales des communes de Malanville, Banikoara et Gogounou, les sensibilisations sont venues accroître leur connaissance en matière de violences faites aux filles. Il a rassuré que de bonnes notes ont été prises et une restitution sera faite à qui de droit afin que la lutte contre les violences soit inscrite dans le plan de développement de l’arrondissement voire de la commune. Par ailleurs, il a pris  l’engagement de  susciter l’adhésion des autres autorités afin que les auteurs soient sévèrement punis et que cessent les violences faites aux filles en milieu scolaire dans le département de l’Alibori.

Marx CODJO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE