Vindicte populaire : le gouvernement veut poursuivre les auteurs et complices

Vindicte populaire : le gouvernement veut poursuivre les auteurs et complices

0
PARTAGER

Attroupement autour de corps brûlés de présumés voleurs à Védoko, à Cotonou le 26 juin 2016.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La réaction des autorités était attendue sur le phénomène depuis qu'il est revenu en force ces dernières semaines. En conseil des ministres ce mercredi 29 juin 2016, le gouvernement a dénoncé mais aussi pris des mesures contre la vindicte populaire. Le gouvernement "réprouve fermement ces exactions et la justice expéditive qui violent le principe du respect des droits de l'homme", a martelé Pascal Irénée Koupaki, ministre d'Etat secrétaire général à la présidence de la République lors de son point de presse.

Les ministres de l'Intérieur, de la Justice et de la Défense ont été instruits d'engager des enquêtes pour identifier les auteurs et complices des différents cas de vindicte populaire enregistrés ces derniers temps.

De plus, indique le ministre d'Etat, "le gouvernement saisit cette malheureuse occasion pour rappeler le respect de l'article 8 de la Constitution qui dispose : 'la personne humaine est sacrée et inviolable. L'Etat a l'obligation absolue de la respecter et de la protéger'.".

La retenue sur les réseaux sociaux

C'est sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, les groupes de discussion via WhatsApp, que les images d'horreur de corps humains fumants circulent avec toutes sortes de commentaires. Le gouvernement a invité les "animateurs des réseaux sociaux" à la "retenue" dans les publications d'images relatives aux scènes macabres de passage à feu de présumés voleurs appréhendés.

La vindicte populaire fréquente au Bénin, a pris de l'ampleur pendant ce mois où plusieurs cas ont été rapportés notamment à Klouékanmè dans le Couffo où les populations ont arraché des présumés malfrats aux forces de l'ordre pour les exécuter et à Cotonou où deux présumés voleurs ont été brûlés vifs à quelques minutes d'un poste de police.

 

Vincent Agué

Lire aussi : Battu à mort pour avoir "volé" des chaussures

                Vindicte populaire à Cotonou : deux présumés voleurs brûlés

 


ORTB

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE