Valorisation de l’agriculture intelligente : la Fao engagée pour la sécurité alimentaire

Valorisation de l’agriculture intelligente : la Fao engagée pour la sécurité alimentaire

0
PARTAGER

La Représentation béninoise de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a procédé, par le biais d’un atelier, ce jour au lancement du projet régional Gcp/Raf/496/Nor. Cette activité qui a eu pour cadre le Palais des Congrès à Cotonou rendre dans le cadre de la transition du Bénin vers une agriculture adaptée aux effets néfastes des variabilités climatiques.

L’agriculture doit connaître une mutation pour répondre à deux principaux défis liés au changement climatique. Lesquels défis se retrouvent à travers une production agricole abondante et une préservation de la planète. Et, pour faire face à ces deux difficultés de l’humanité, l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) n’entend pas croiser les doigts. Ainsi, elle a lancé hier à Cotonou un nouveau projet dénommée : « Soutenir la transition vers une agriculture et des systèmes alimentaires intelligents face au climat ». Pour le Représentant résident de la Fao au Bénin, Tiémoko Yo, ce programme n’est que la suite logique des résolutions prises par le pays à l’issue de la Cop21 pour répondre aux effets indésirables du changement climatique. Dans son allocution, il a évoqué les résultats attendus au terme de ce projet. « Ce projet permettra aux pays bénéficiaires d’avoir un accès accru aux fonds d’adaptation et autres mécanismes de financement du changement climatique à travers les cadres nationaux et régionaux d’investissement pour l’adaptation au changement climatique », a souligné Tiémoko Yo. A l’en croire, cette nouvelle orientation qui sera donnée au secteur agricole présente de nobles ambitions. « Cette approche a été depuis lors largement adoptée par la communauté scientifique et le monde du développement. Elle vise trois objectifs principaux à savoir : l’augmentation durable de la productivité et des revenus agricoles, l’adaptation et le renforcement de la résilience face aux impacts du changement climatique puis, la réduction et/ou la suppression des émissions de gaz à effet de serre », a précisé Tiémoko Yo. En procédant au lancement du projet, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Abdoulaye Toko, représentant le ministre empêché, a rappelé les désagréments déjà enregistrés sur le secteur agricole au Bénin. Selon lui, la campagne agricole 2015-2016 s’est soldée par une baisse drastique des récoltes en raison de l’instabilité climatique. En souhaitant une qualité irréprochable aux assises, il a invité les participants à une franche collaboration.
Précisons que ce projet prenant en compte sept pays africains à savoir : le Bénin, le Niger, la Gambie, le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Zambie et l’Ethiopie, est financé entièrement par la République de la Norvège.

Délofon Toussaint HOUETOHOSSOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE