Tentative de résolution de la crise à l’Uac : Séraphin Agbahoungbata en...

Tentative de résolution de la crise à l’Uac : Séraphin Agbahoungbata en mission impossible ?

2
PARTAGER

La situation est plus que crispée désormais à l’Université d’Abomey-Calavi. Ceci en raison de l’arrêté rectoral N°484-2016/UAC/SG/CR/SP en date du 28 juillet 2016 portant invalidation de l’année académique 2015-2016 à la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash). Ajoutée à celle relative à l’exclusion pour cinq ans de 21 responsables étudiants de la Flash, cette décision démontre à quel point l’on a laissé pourrir la situation critique à l’Uac.

Comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement de la Rupture veut tenter de sauver les meubles. Mais cet exploit réalisé l’an dernier par le régime défunt est loin d’être réédité à l’ère de la rupture. Ceci pour trois principales raisons. La première est relative au niveau avancé de la crise. Pendant que la communauté estudiantine espérait que ce gouvernement qu’elle a contribué à porter au pouvoir s’investisse à solutionner la crise, le « compétiteur né » et sa troupe rivaient leurs yeux sur les champs de coton et les réformes relatives au mandat unique. Ainsi, on a laissé les choses s’empirer avant de vouloir engager une quelconque médiation. La deuxième raison concerne l’intransigeance et le caractère  inflexible qu’affichent les autorités rectorales et décanales au sujet d’un revirement. Ces dernières restent imperturbables et n’entendent point revenir sur leur décision. « La décision d’un conseil pédagogique est irrévocable » avait affirmé le recteur Brice Sinsin. Et comme pour dire aux étudiants qu’aucune pression ne leur ferait ployer cette fois-ci, ils ont confié que même le Chef de l’Etat, ne peut s’immiscer pour  contraindre à abroger l’arrêté. Les carottes sont donc cuites pour ces étudiants de la Flash. Il faudra donc avoir le courage d’accepter  perdre une année académique. Si c’est dans ce contexte que le gouvernement a engagé une médiation, il convient de se demander où était le gouvernement quand les étudiants boycottaient les compositions. Que faisait le gouvernement lorsque le rectorat et le décanat menaçaient de «blanchir» l’année à la Flash ? A quoi pensait le gouvernement lorsque les étudiants descendaient dans les rues pour revendiquer la session de rattrapage à la Flash ? Où était l’intendant Séraphin Agbahoungbata lorsqu’on excluait 21 étudiants de l’Uac pour 5ans ? Que faisait le gouvernement lorsque le rectorat prononçait l’invalidation de l’année académique à la Flash ?     Visiblerment, on était plus préoccupé par la confection d’une nouvelle carte universitaire en mettant sur pied une stratégie de suppression des universités de création récente. Ce n’est qu’après l’incinération totale de la maison qu’on veut tenter de jouer aux pompiers. A cette allure, on pourrait s’attendre à une mission aux issues incertaines voires impossibles. Il convient, de ce fait, de déplorer l’absence d’un politique préventive de crises sous la Rupture. Si par le passé, les différentes parties sont régulièrement reçues par l’autorité ministérielle ainsi que le Chef de l’Etat, ce n’est plus le cas aujourd’hui. La seule rencontre annoncée avec le Président Talon était, selon les étudiants, une machination pour les empêcher de tenir leur marche de protestation sur le ministère.

L’autre goulot...

L’autre raison importante est la composition du « comité » chargé de conduire les médiations. Lorsqu’on sait que Jacques Ayadji n’a jamais fait de cadeau dans ses propos à l’endroit des autorités rectorales, on se demande si cette dernière est la personne la mieux indiquée  pour une éventuelle résolution de la crise. Des cadres du secteur éducatif, des ministres du gouvernement auraient pourtant pu faire quelque chose. Une fois encore, la Rupture n’a toujours pas trouvé le remède qu’il faut au mal de l’Uac. De toute façon, les jours à venir nous édifieront davantage.

Aziz BADAROU


Matin Libre

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. Et je me demande, ce que président Talon est venu faire au pouvoir ??
    Il est venu pour le blanchiment des années académique ou?? Ou il est venu pour la répression des étudiants?? Il n’a car nous donné un peu d’éclaircissement sur ce qu’il est venu faire au pouvoir.
    Ou bien il est là seulement pour la régulation de ses activités?? Par ce que la population qui a opté pour sa venue au pouvoir est sous le poids de maltraitance et ça ne dit rien et même tu voyages sans faire attention à ceux là ? Je ne vais pas beaucoup parler je m’arrête là pour l’instant. merci

  2. nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. ce sont les étudiants eux mêmes qui ont cherché et occasionné ce qui leur arrive…l’Université est autonome, laissons talon tranquille là où il est ..depuis son arrivée il y a eu une multitude de marches sans répression sauf celle des étudiants qui n’ont pas voulu suivre les conseils et les propositions des autorités et ont voulu faire a leur tête comme dans la cour du roi peto….

LAISSER UN COMMENTAIRE