Tabaski 2016 à Abomey-Calavi: Un appel à la conscience des jeunes musulmans

Tabaski 2016 à Abomey-Calavi: Un appel à la conscience des jeunes musulmans

0
PARTAGER

A la place ‘Idi’’ d’Agori-Plateau dans la commune d’Abomey-Calavi, ce lundi 12 septembre 2016, les festivités de l’Aïd El Kabir ont eu lieu. C’était sous la conduite d’El hadj Moutawakil Boukary, imam de la mosquée. A cet effet, il a lancé un appel aux croyants à avoir la crainte d’Allah.

L’imam Moutawakil Boukary a, dans son sermon de la fête, ce lundi 12 septembre 2016 et en présence de quelques autorités politico-administratives du pays, invité les fidèles, notamment les jeunes à craindre Allah le Très haut et miséricordieux, car la piété est la marchandise la plus lucrative. » …Pendant que nous accusons l’Occident de tous les maux, une partie de notre jeunesse fait table rase des vertus enseignées par l’Islam. Les habitudes perverses installées dans les quatre coins du monde ne sont pas l’apanage de l’autre, toujours décrié, mis à l’index, pris en partie et dénoncé comme un suppôt de Satan. La critique doit toujours commencer par soi. Les reproches adressées aux asociaux de l’Occident ne sont pas moins opportuns dans le cas de nos jeunes délinquants….Ce sont là les tristes réalités constatées non sans déception, dans nombre de pays arabes et musulmans…..il ne faut cependant pas généraliser, car il existe encore une jeunesse musulmane consciente et éclairée. on peut donc séparer le bon grain de l’ivraie en jugeant les jeunes à l’aune de plusieurs critères moraux, dont l’honnêteté, la bonne éducation, la maturité, l’engagement et la sérénité dans tout ce qu’elle entreprend…’’. Après la prière commune et selon les règles de la religion musulmane, l’imam a procédé à l’immolation du bélier en sacrifice. Son but selon ce dernier, est de rendre grâce à Dieu le miséricordieux qui dit » prie ton maître et sacrifie » ; c’est aussi de faire revivre le souvenir de l’acte d’Abraham, de faire des largesses à sa famille , le jour de l’Aïd et de rependre la joie parmi les pauvres, de rendre grâce à Dieu et de solliciter ses multiples grâces. Avoir le sens du partage , le jour de l’Aïd et les trois jours de Tach’rik, c’est faire preuve de charité. Et à propos, Allah dit : » Ceux et celles qui font la charité et qui ont fait à Allah un prêt sincère, cela leur sera multiplié et ils auront une généreuse récompense » (Sourate 57, verset 18). Ce geste a été ensuite reproduit par les fidèles dans leur demeure respective.

Ingrid DENON (Stg)

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE