Suspension des concours décriés de 2015 : Aboubakar Yaya, un soutien pour...

Suspension des concours décriés de 2015 : Aboubakar Yaya, un soutien pour les lauréats contestataires

4
PARTAGER

Les admis aux concours de recrutement au profit de l’administration publique en 2015 ne sont pas seuls dans leur combat. Ils ont le soutien de l’ancien ministre de la fonction publique, Aboubakar Yaya dans les actions de protestation qu’ils ont engagées contre la suspension des derniers concours de recrutement présentés comme frauduleux.       

Aboubakar Yaya trouve opportune la marche de protestation initiée hier jeudi par certains lauréats des concours de recrutement au profit de l’Administration. Dans une interview accordée à nos confrères de Fraternité Fm, l’ancien ministre de la Fonction publique qui parle de méchanceté, a apprécié la démarche initiée par ces jeunes. «Je remercie les enfants qui sont en train de revendiquer leurs droits», a-t-il lâché. A l’entendre, la bataille des lauréats se justifie et il n’y a pas de raison à remettre en cause les concours querellés. «Les concours sont propres… Le gouvernement sorti ne se reproche rien… Moi, Aboubakar Yaya, je le dis et je le confirme. Je demande au nouveau gouvernement de ne pas se faire berner. On ne dirige pas un pays sur la base des rumeurs», a clamé Aboubakar Yaya. Cet ancien ministre qui dit ne rien craindre, apporte de l’eau moulin des manifestants qui n’entendent pas démordre tant que la décision de suspension n’est pas rapportée. Seulement ces derniers auront fort à faire puisque visiblement le nouveau régime est déterminé à faire toute la lumière sur ces concours décriés.

Hier, pour rassurer les contestataires, Aboubakar Yaya martèlera qu’il y a peu de chances que les concours soient annulés. « Les concours n’ont pas été annulés. Le gouvernement n’a pas les compétences d’annuler un concours. C’est la chambre administrative de la Cour suprême qui a ce pouvoir. Si le gouvernement annulait ce concours, il sera poursuivi pour excès de pouvoir», a-t-il déclaré. Mais  certains observateurs lui ont donné une réplique. Ils ont en effet rappelé qu’en 2012, le gouvernement de Yayi Boni a été contraint d’annuler des concours dont les résultats avaient été contestés par les organisations syndicales.

Seulement, il n’y a pas à s’y méprendre. La situation reste bien complexe pour le nouveau régime. Il lui revient d’établir dans cette grosse affaire toutes les responsabilités comme l’a souligné ce mercredi le ministre d’Etat Secrétaire général de la présidence, Pascal Irénée Koupaki. Le gouvernement de Patrice Talon pourrait gérer des contrecoups juridiques et sociaux. Peut-être aussi sécuritaires.

A.S.

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. il doit avoir honte lui. il n’est pas un bon exemple. son intervention cache son intention de vouloir protéger son faux. il doit être entendu par la justice

  2. Je demande au ministre A.Yaya de se tenir tranquille.la lumire sera faite sur tous les concours et les complices seront punis conformment la loi. Trop c’est trop.

  3. Je demande au Ministre A. Yaya de rester tranquille et de laisser ses collègues faire leur travail Car ces concours frauduleux ont fait couler beaucoup d’encre

LAISSER UN COMMENTAIRE