Suppression des nouvelles Universités : Les fils de Porto-Novo mettent en garde...

Suppression des nouvelles Universités : Les fils de Porto-Novo mettent en garde le Gouvernement

4
PARTAGER

En son domicile au quartier Pobè-Gare, le professeur Dissou Machioudi alias « Madjèkobadjè » a réuni les fils et filles de la ville de Porto-Novo qui se sont prononcés lors d’un point de presse sur la rumeur qui circule et qui fait état de la prise d’une décision de révision de la carte universitaire nationale laissée par le régime défunt.

Réunis au sein de l’Union des filles, fils, amis et sympathisants de Porto-Novo (Uffas/PN), ceux-ci ont montré leur indignation face à une telle décision. Porto-Novo a été longtemps marginalisé et n’avait jamais possédé d’Université jusqu’à une date récente.

Kola PAQUI (BR) Ouéné Plateau

Lire la déclaration sommaire

Ces derniers temps, des  rumeurs persistantes circulent au  sujet de la révision de la carte universitaire nationale mise en place sous le précédent régime. Initiées par l’équipe du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du régime du nouveau départ, les modifications envisagées viseraient essentiellement la réduction de l’effectif des universités et centres universitaires déjà en place.  L’Université de Porto-Novo créée par le décret  2015-211 du 17 Avril 2015 et  portée sur les fonts baptismaux le 14 Novembre 2015 par l’installation officielle de son équipe rectorale figurerait sur la liste des victimes des mesures liquidatrices du régime de la rupture.

Assurément, la cité aux trois noms Ajachè, Hogbonou, Porto-Novo ne mérite par un sort aussi dégradant. Reconnue capitale du Dahomey depuis 1894 sous la colonisation puis celui de la République du Bénin jusqu’à ce jour, la ville de Porto-Novo est confrontée à de multiples déboires dès le lendemain de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale.

Porto-Novo est, de nos jours, l’une des rares capitales, sinon la seule au monde n’abritant pas une université. En effet, après la  dislocation de l’Institut d’enseignement supérieur du Bénin(Iesb), le projet d’implantation de l’Université de Porto-Novo sur le site de wando a été transféré au cours des années « 70» à Abomey-Calavi.
Plus récemment, le projet de construction par le Koweït d’une université intégrée à caractère régionale sur le site de LOKPODJI à Porto-Novo (adopté depuis 2007) a été transféré à Comè en Avril 2014 malgré la signature en Janvier 2014 de l’accord entre le Bénin et l’Ong Koweitienne(AMA) préconisant explicitement la construction de ladite Université à Porto-Novo. Il va sans dire que la décision de l’implantation à Porto-Novo de la première Université mise en œuvre en Novembre 2015 sous le régime du Président Yayi Boni n’est que la réparation combien tardive d’une injustice longtemps subie par la ville capitale.

Face aux rumeurs persistantes relatives aux démarches qui pourraient conduire à la « disparition » d’une manière ou d’une autre de l’actuelle université de Porto-Novo, le Bureau Exécutif de l’Union des Filles, Fils ,Amis et sympathisants de Porto-Novo(Uffas/PN)réunis en session extraordinaires à son siège à Porto-Novo le dimanche 29 Mai 2016 décide de rendre publique la présente déclaration :

-Considérant les objectifs spécifiques de l’Uffas/PN, notamment
« Œuvrer pour le transfert effectif des attributs de capitale à la ville de Porto-Novo »
«  Soutenir toutes actions tendant à obtenir le transfert des attributs de capitale à Porto-Novo »

-Considérant que la plupart des candidats à l’élection présidentielle de Mars 2016 ont souscrit aux idéaux ci-dessus énoncés dans leur programme électoral respectif.

-Considérant toutes les formes d’injustice sociale, économique et culturelle que subit la ville de Porto-Novo « Capitale de jure » de notre pays depuis la période coloniale jusqu’à nos jours.

-Considérant les promesses électorales non jamais tenues par les hommes politiques de toutes tendances concernant le développement économique social et culturel de Porto-Novo, qui devraient permettre la conquête des attributs de capitale « de facto » de la République du Bénin.

L’Union des filles, fils, amis et sympathisant de Porto-Novo,

-Premièrement, invite les Béninois épris de paix et de justice, les hommes politiques de tous bords, les autorités traditionnelles gardiennes de nos valeurs morales, les chefs religieux et leaders de toutes obédiences philosophiques à prendre enfin leur responsabilité historique face à la question primordiale du transfert  effectif des attributs de capitale à la ville de Porto-Novo en condamnant fermement et en empêchant la mise en œuvre de toutes décisions politiques économiques sociales et culturelles qui contribueraient à mettre en difficulté ou à détruire dans notre pays, l’équilibre interrégional réalisé au prix de lourds sacrifices.

-Deuxièmement, appelle tous ses militants où qu’ils se trouvent à se mobiliser pour empêcher par les voies et moyens légaux toutes mesures qui viseraient à perpétuer toute forme d’injustice et à mettre en péril l’unité nationale, notamment, mettre en échec toutes démarches ayant pour objectif «  la disparition » de l’Université de Porto-Novo.

-Troisièmement, invite enfin tous les Béninois épris de justice et paix à soutenir  toutes les actions de l’Uffas /PN pour la réalisation et ses nobles objectifs.
 
Porto-Novo le 29 Mai 2016
Pour le bureau Exécutif
Le Président
Professeur Machioudi DISSOU
(Madjèkobadjè)

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. moi je pense qu’il est temps de revoir le développement de ce petit pays en faisant une répartition rationnelle des ministères et université pour un bénin prospère, regarder bien de malanville a bohicon même un bon comprimé que l’on cherche il faut venir à Cotonou c’est pas normal

  2. Soyons srieux. Qu’est ce que nous avons fait aux hommes politiques pour qu’ ils nous traitent de cette manire. C’est rvoltant.

LAISSER UN COMMENTAIRE