Supposée insubordination au ministère de l’Eau : La version du SGM Jean-Claude...

Supposée insubordination au ministère de l’Eau : La version du SGM Jean-Claude Gbodogbé

0
PARTAGER

Suite à notre article paru hier et titré : « Insubordination au ministère de l’Eau : Limogé, un retraité refuse de passer service », le secrétaire général du ministère Jean-Claude Gbodogbé s’est senti interpellé. De ce fait, il a tenu à donner sa version des faits tout en relevant certaines ¨contre-vérités¨.

Si l’article a eu le mérite de révéler une mésentente entre l’ancien Directeur Départemental de l’Eau, de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables de l’Atlantique et du Littoral, actuellement secrétaire général (SGM) du ministère Jean-Claude Gbodogbé et l’actuelle Directrice départementale Eau Atlantique/Littoral, il contient cependant certains développements dans lesquels le Sgm ne se retrouve pas . Et Jean-Claude Gbodogbé partira du titre « Limogé, un retraité refuse de passer service » pour démonter, point par point, certaines allégations. Se référant à l’organigramme et aux attributions du secrétaire général dudit ministère, Jean-Claude Gbodogbé affirme qu’on ne saurait parler de limogeage mais plutôt d’une promotion, étant donné que le secrétaire général du ministère est le supérieur hiérarchique des directions départementales et des sociétés sous tutelle. S’agissant du mot retraité, le SGM, a montré l’attestation N° 026B/96/CNEED qui lui accorde le grade de Docteur depuis 1995. Un diplôme qu’il a eu en Allemagne. Or, au Bénin quand on a le grade de Docteur, on part à la retraite à 60 ans d’âge. Etant né en 1960, le SGM fera valoir ses droits à la retraite le 1er janvier 2021. Et c’est cette même date qui figure sur la notification que le ministère lui a adressée et signée par le directeur des ressources humaines.

Au sujet de son supposé refus de passer service, Jean-Claude Gbodogbé a montré un rapport de passation de service entre lui et l’actuelle Directrice départementale de l’Eau, de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables par intérim de l’Atlantique et du Littoral qui date du 25 janvier 2016. Seulement, il faut relever que la pomme de discorde entre lui et la nouvelle directrice par intérim est relatif au fait qu’il a refusé de signer le procès-verbal de passation parce que dans ledit rapport, il n’est fait aucune mention des différents comptes de la Direction départemental de l’Eau, de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, ni de leurs soldes. Et c’est après qu’il a refusé de signer le procès-verbal sans ces renseignements, que la nouvelle Directrice lui a fait parvenir un rapport sur la situation des comptes. Jean-Claude Gbodogbé affirme que cela fait partie de ses prérogatives de ne pas entériner la nomination d’un directeur départemental. Il lui suffirait, dans ce cas, de ne pas parapher l’arrêté portant nomination et le ministre se verrait bloqué car quel que soit celui qui est nommé c’est le SGM qui est chargé de l’application. Mais dans ce dossier précis, Jean-Claude Gbodogbé a montré le document paraphé. Pour lui, il ne saurait en être autrement car la nouvelle Directrice départementale de l’Eau, de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables par intérim était chef service sous lui et c’est encore lui,selon ses dires, qui l’a recommandée au ministre alors qu’elle était en formation.Pour le SGM Jean-Claude Gbodogbé, c’est un partenaire du projet GoBénin financé par l’Union européenne qui sentirait ses intérêts brimés, qui fait feu de tout bois pour le discréditer auprès du ministre et de l’opinion publique.

M.M

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE