Suivi de décision au sommet de l’Etat : Où sont les auteurs,...

Suivi de décision au sommet de l’Etat : Où sont les auteurs, coauteurs et complices des vindictes populaires ?

0
PARTAGER

… On en était là quand le conseil des ministres, en sa séance du mercredi 29 juin 2016, a tapé du point sur la table au sujet de la vindicte populaire. Bientôt un mois. Où en est-on ? Qui a fait quoi dans ces actes odieux enregistrés courant juin passé ?

« Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation et le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique ont présenté une communication conjointe sur les mesures envisagées pour réprimer les actes de vindicte populaire devenus recrudescents dans notre pays.

En approuvant cette communication, le Conseil a instruit le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation, le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique et le Ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de la Défense Nationale, aux fins de faire procéder à des enquêtes sur tous les cas de vindicte populaire survenus ces derniers temps, d’appréhender et de poursuivre les auteurs, les coauteurs et les complices ». C’était là la quintessence du communiqué du conseil des ministres en son chapitre intitulé «

Lutte contre les actes de vindicte populaire ». Une décision qui a été renforcée par des sorties médiatiques conjointes du Garde des Sceaux, du ministre de l’Intérieur et du procureur de la République. Bientôt 30 jours, mais aucun rapport provenant de la police ou du procureur. Et pourtant le conseil des ministres a été on ne peut plus clair. C’est bien des cas de vindicte populaire déjà passés qu’il s’agit et non des cas qui pourraient survenir. Concrètement, à quelle étape l’enquête se trouve-t-elle ?

Il est important que le procureur de la République ou à défaut l’un des ministres en charge de la sécurité et de la Justice monte au créneau pour situer l’opinion publique nationale et internationale sur les tenants et aboutissants de cette barbarie humaine qui a eu cours.

Jacques BOCO


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE