Signature de la Charte nationale sur le dialogue social: « Le dialogue,...

Signature de la Charte nationale sur le dialogue social: « Le dialogue, c’est le principe central du Pacte de responsabilité et de solidarité » (Dixit Sébastien Ajavon Président du Patronat du Benin)

0
PARTAGER

Journée mémorable que celle d’hier dans les annales des travailleurs, des employeurs et du gouvernement du Bénin. L’évènement de haute importance qu’est la signature de la Charte nationale sur le dialogue social a eu lieu en présence du président de Conseil national du patronat béninois, Sébastien Germain Ajavon, du ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République, Pascal Irénée Koupaki, d’Adidjatou A. Mathys, ministre du Travail, de la Fonction publique et des Affaires sociales, des Secrétaires généraux des Centrales et Confédérations des travailleurs du Bénin à l’exception de Paul Essè Iko de la CSTB qui est le seul à n’avoir pas signé ladite charte et du Représentant résident du PNUD au Bénin.

Mettre le Bénin résolument au travail dans un climat apaisé et de respect des droits et devoirs de part et d’autre. C’est le sens profond qu’il convient de donner à l’heureuse initiative ayant abouti à la signature de la Charte national sur le dialogue social. Un grand pas vient d’être ainsi réalisé entre le gouvernement, les employeurs et les Centrales et Confédérations des travailleurs.

Pourquoi la Charte nationale sur le dialogue social ?

Le dialogue social joue un rôle essentiel pour la promotion des principes et droits fondamentaux au travail en matière d’emploi et de protection sociale, de négociation collective, de sécurité et de santé au travail. Tripartite, le dialogue social fait intervenir le gouvernement, les organisations syndicales des employeurs et des travailleurs.

Tout est parti du constat d’un déficit de concertation dû à l’absence de communication sociale réelle, de confiance mutuelle entre les partenaires sociaux, notamment dans le secteur de la fonction publique au cours des cinq (5) dernières années. Aussi, a-t-il fallu initier, à l’ère de la rupture, des actions pour corriger cet état de chose.

La charte est donc le fruit de la volonté des parties de prévenir, de gérer les conflits collectifs de travail sur la base de principes de légalité, d’égalité et d’équité, dans les limites de la présente charte pour une paix sociale durable au Bénin. Ce qui est novateur dans la charte nationale, c’est que chacune des trois composantes ou parties a pris des engagements dont les extraits les plus porteurs sont les suivants.

Les engagements

Le gouvernement entre autres s’engage notamment à améliorer le système fiscal par des mesures incitatives notamment à la réduction à un taux maxima de 15% sur la tranche supérieure de l’IPTS.

De son côté, le Conseil national du patronat du Bénin (CNP) prend l’engagement de consulter les représentants des organisations syndicales dans les entreprises sur les décisions ou les questions tendant à modifier de manière substantielle les conditions de vie et de travail des travailleurs, respecter la liberté syndicale.

Quant aux organisations syndicales, elles prennent l’engagement de ne déclencher les mouvements sociaux, notamment la grève, que comme ultime recours à l’appui des revendications dans les limites des lois, règlements et concertations collectives de travail en vigueur.

Avec la signature de ladite charte, un Conseil national du dialogue social est créé. Sa mission fondamentale est d’œuvrer au renforcement des capacités d’intervention des différents organes et structures du dialogue social en vue d’un dialogue constructif et productif. Ce conseil est composé de trente (30) membres répartis comme suit : dix (10) membres représentant le gouvernement, dix (10) membres désignés par le Conseil national du patronat et dix (10) membres représentant les travailleurs désignés par les centrales et confédérations syndicales.

Discours de Monsieur Sébastien AJAVON, Président du Conseil National du Patronat du Bénin à l’occasion de la signature de la charte nationale sur le dialogue social

- Monsieur le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République

- Madame la Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales,

- Chers Collègues Employeurs,

- Mesdames et messieurs les secrétaires généraux des Centrales et Confédérations des travailleurs,

- Mesdames et messieurs,

En nous conviant à la signature de la charte sur le dialogue social, vous avez choisi la meilleure voie pour éviter les conflits et pour asseoir une ambiance de travail collectif et de dialogue permanent entre partenaires sociaux, collectivités et gouvernement.

Nos concitoyens attendent de nous – dirigeants politiques, chefs d’entreprises, syndicalistes – que nous travaillions ensemble pour trouver des solutions à leurs problèmes. C’est vrai, les problèmes ne manquent pas, mais notre pays le Bénin a beaucoup d’atouts : sa situation géographique, ses entreprises, son agriculture, ses universités, ses services publics, sa langue, sa culture.

Elle a aussi, ces femmes et ces hommes, ces ouvriers, ces salariés, ces commerçants, ces artisans, ces ingénieurs, ces entrepreneurs qui, chaque jour, font vivre notre économie.

Notre pays a beaucoup de ressources, mais il est souvent ralenti par les lourdeurs. Depuis trop longtemps, nous n’avons pas su mener les réformes qui s’imposaient.
Avec les présentes assises qui marquent la signature solennelle de la charte nationale de dialogue social, j’ose croire, que le dialogue sera privilégié dans tous les secteurs de l’économie nationale.

Le dialogue social est nécessaire pour accompagner toutes sortes de réformes. Le cadre permanent de dialogue social avec les confédérations, les employeurs et le Gouvernement qui sera mis en place à l’issue de la signature de la charte nous permettra, j’en suis sûr, d’amorcer la vraie croissance économique dans notre pays.

Le dialogue, c’est le principe central du Pacte de responsabilité et de solidarité, il repose sur la prise d’engagements réciproques qui doivent être respectés.

Je souhaite que nous nous donnions la main pour construire notre pays le Bénin à travers un dialogue social franc et constructif.

Je vous remercie de votre attention.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE