Secteur énergétique : Le délestage tient tête au ministre Houssou

Secteur énergétique : Le délestage tient tête au ministre Houssou

0
PARTAGER

(La thérapie du Nouveau départ peine à prendre)

Près de 60 jours après son installation, le gouvernement de Patrice Talon peine à soulager tant soit peu les populations quant à ce qui concerne l’énergie électrique. Certes des annonces ont été faites, mais depuis, pas grand-chose à se mettre sous la dent de façon pratique.

On se souvient encore du « spectacle » d’indignation qu’a livré à l’opinion publique devant caméras, le nouveau ministre de l’Energie lors de ses descentes sur le terrain pour faire l’état des lieux des installations de son département, quelques heures. La thérapie du ministre Houssou dans le secteur énergétique peine à soulager les consommateurs après sa prise de fonction. De Cotonou à Porto-Novo, Jean-Claude Houssou qui est une expertise internationale, venue de la France, n’est pas allé du dos de la cuillère : « J’ai visité une centrale que j’appelle un musée parce que l’ensemble des moyens de production sont à l’arrêt depuis des années. C’est la première fois que je vois ça dans ma vie. J’ai entendu, des groupes qui
sont loués à deux milliards par an alors qu’il nous faut tout simplement 10 milliards pour réhabiliter une trentaine de Mgw ».

Une fois ce constat fait, le gouvernement au cours du conseil des ministres du 4 mai 2016, s’est penché sur la question avec à la clé, des mesures prises. Retour sur les mesures « Le Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines a rendu compte de la situation énergétique de ces dernières semaines marquée par des délestages préoccupants et consécutifs à l’absence, à ce jour, d’une politique sérieuse de sortie de crise. Il ressort de ce compte rendu que, pour faire face à la crise énergétique qui secoue notre pays, il s’avère nécessaire d’exploiter au maximum les groupes électrogènes MRI et AGGREKKO en location et d’assurer pour la période allant du 25 avril au 31 juillet 2016, la disponibilité en gasoil évaluée à environ 13 millions de litres par trimestre. A cet effet, il a soumis au Conseil des Ministres qui l’a approuvée, une communication pour l’approvisionnement des groupes en combustibles sur ladite période.» Et pour ce faire, le secrétaire général de la présidence
de la République a confié que 5,2 milliards de Fcfa seront immédiatement décaissés pour couvrir les charges. Et dans la même veine, Pascal Irénée Koupaki a ajouté entre autres : « Pour résoudre défi nitivement le défi cit en énergie électrique du Bénin et mettre un terme au délestage récurrent avant la fin de l’année en cours, le gouvernement a décidé d’augmenter la capacité de production électrique nationale selon le plan ci-après : acquérir des capacités supplémentaires par centrales mobiles de location pour assurer la fourniture stable de 200 MWH d’ici à décembre 2016 ; réhabiliter les centrales de la SBEE en  arrêt depuis plusieurs années en vue de la production de 47 MWH ». Bref, autant de promesses faites sur papier. Mais à la date d’aujourd’hui, où en sommes- nous ? Surtout que dans le vécu quotidien, la situation semble ne pas s’améliorer.

On continue de couper certaines zones n-fois par jour ou sur de longues heures. Conséquence, des maisons et entreprises qu’elles soient petites ou moyennes, continuent de tourner sur générateurs. Ça devient inquiétant au point où des citoyens ne savent plus à quel saint se vouer. En tant normal, l’effet de ces mesures prises devrait déjà rejaillir dans les ménages et  entreprises puisque le gouvernement a bien dit qu’il s’agira d’exploiter au MAXIMUM les groupes électrogènes à approvisionner en combustibles à partir déjà du 25 avril, et ce jusqu’à fin juillet, en attendant décembre prochain. Les groupes électrogènes MRI et AGGREKKO n’ont-ils plus été alimentés ? Les centrales de la SBEE en arrêt depuis plusieurs années ne sont-elles plus réhabilitées et mises à contribution ? Après des années de délestage sans grande solution, les Béninois veulent défi nitivement tourner cette page lugubre. Le gouvernement du Nouveau départ notamment le ministre Jean-Claude Houssou est très attendu sur le miracle à produire dans le secteur.

Jacques BOCO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE