Réformes à l’ère du "Nouveau Départ":La Cpfg s’oppose à une révision a...

Réformes à l’ère du "Nouveau Départ":La Cpfg s’oppose à une révision a minima (Une assise nationale proposée)

0
PARTAGER

« La situation nationale actuelle et les exigences du peuple pour une nouvelle Constitution » : C’est le thème sur lequel a porté le point de presse de la Convention patriotique des forces de gauche mardi 17 mai 2016. Cette rencontre avec les professionnels des médias a été une occasion pour les membres de cette plateforme de passer en revue la mission de la commission technique chargée des réformes politiques et institutionnelles installée le 6 mai 2016.

« On procède à la révision d’une Constitution parce que le peuple le veut. Et en même temps, il indique les éléments de droit devant faire objet de révision ou devant faire l’objet d’une nouvelle Constitution ». C’est l’une des phrases phares autour de laquelle a tourné le point de presse de la Convention patriotique des forces de gauche (Cpfg). Les membres de cette organisation ont dénoncé la composition de la commission chargée des réformes politiques et institutionnelles qui, selon eux, ne prend pas en compte toutes les couches de la population. A en croire le président de ladite Convention, Philippe Noudjènoumè, l’équipe mise en place le 6 mai 2016 a pour ambition de faire passer les réformes du candidat Patrice Talon notamment le mandat unique de 5 ans, quelques réformes au niveau des institutions telles que la Cour constitutionnelle, la Haute cour de justice, le système partisan. Procéder ainsi ne serait que faire « des réformes de façade qui apparaîtront bien vite comme de la pommade passée sur une plaie gangrénée », a mentionné Philippe Noudjènoumè. Selon lui, le Bénin a des problèmes du point de vue économique, social et politique qu’il faudra prendre en considération. « La seule manière d’éviter le scénario « waxala », c’est-à-dire la catastrophe, est la tenue des états généraux du peuple pour refonder les règles de notre vivre ensemble et pour une nouvelle gouvernance qui tourne le dos aux errements actuels du Renouveau démocratique », a-t-il poursuivi. A l’issue de cette rencontre avec les professionnels des médias, la Cpfg a proposé l’organisation d’une assise nationale afin d’éviter une révision a minima. Pour les « Forces de gauche », « une Commission technique vient après que le peuple ait défini le type de changement qu’il veut pour le pays ». Philippe Noudjènoumè et les siens voudraient que les aspirations du peuple, à savoir la fin de l’impunité, la démocratie, l’intégrité, le patriotisme soient considérés pour un réel Nouveau Départ.

Marcus Koudjènoumè

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE