Accueil Société

Renouvellement du Bureau de l’Acal : Le faux procès fait au Maire Acléhinto

0
PARTAGER

Le Maire d’Allada, Michel Acléhinto est accusé à tort d’avoir laissé échapper la présidence de l’Association des Communes de l’Atlantique et du Littoral (Acal). Il n’en est rien. Allada se plie d’une part au principe de rotation et subit d’autre part, la gestion anachronique faite par les prédécesseurs de l’actuel édile de la cité des Adjahouto.

Depuis quelques jours, des mauvaises langues, mal inspirées ou mal informées, reprochent benoîtement à l’actuel Maire d’Allada de s’être fait arracher la présidence de l’Acal lors de sa dernière assemblée générale tenue à Abomey-Calavi. Certains détracteurs de M. Michel Acléhinto spécialisés dans la manipulation et l’intoxication ont voulu lui attribuer ce changement pour mieux camoufler les manquements à la performance de leurs meneurs. Mais les faits démentent cette insinuation. Tout prouve que ce changement était inévitable tant ces dernières années, le bureau de l’Acal est resté en léthargie.

De quoi retourne-t-il réellement ?   

En 2006, l’Acal a été créée. Et en 2009, la Commune d’Allada a été désignée après Ouidah pour assumer la présidence de l’association. De 2009 à 2015, des membres du bureau de l’Acal ont accusé le Maire d’Allada d’alors de n’avoir tenu aucune réunion statutaire durant toute sa mandature et insisté sur le nécessaire regain de dynamisme à impulser à la faîtière des collectivités locales du plus grand département du Bénin. Le même reproche est fait à son successeur direct au terme de son court parcours à la tête d’Allada et donc de l’Acal. L’association avait donc sombré sous les deux prédécesseurs du Maire Acléhinto. L’Acal n’a pu fonctionner comme il se devait. Elle a longtemps tourné au ralenti. Elle n’a fait que ronronner et somnoler et souffre de la comparaison avec ses consœurs comme l’Union des Communes du Zou (Ucoz) du dynamique Luc Atrokpo. Le bilan de 7 ans d’activités était nul. En 2016, le Maire Djigla ayant été destitué, son successeur avait été informé par un courrier envoyé par ses homologues de l’Atlantique et du Littoral avoir reçu le mandat de prendre la présidence de l’Acal. Le 14 juin 2017, après 8 ans de dysfonctionnement, l’association a réussi enfin à tenir une assemblée générale. Lors des débats, évidemment le bilan était indéfendable  puisqu’inexistant. Durant deux mandats,  la Commune d’Allada n’a rien pu apporter de conséquent à l’Acal.

Face à la triste réalité, les 8 autres Communes de l’Association ont décidé de confier la présidence à la ville de  Cotonou. Mais Allada n’en a pas perdu pour autant toute la confiance de ses pairs. Le maire Acléhinto a réussi à limiter les dégâts en se faisant désigner premier vice-président de l’Association. C’est presque un exploit puisqu’Allada revenait de très loin. Aujourd’hui, les adversaires du Maire qui n’ont rien donné à la Commune ni à l’Acal dans le cadre de la coopération intercommunale, du lobbying et des grands projets départementaux, tentent de manipuler l’opinion en faisant distiller de fausses informations à travers les réseaux sociaux. L’objectif est connu : déstabiliser le Maire Acléhinto. Seulement, très serein et ayant toujours la confiance de sa population et de la majorité du conseil communal, l’actuel Maire qui ne veut pas faire dans le mensonge, est déterminé à travailler pour relever le défi du développement. Pour lui, ce qui compte reste l’ouverture des voies, l’emploi des jeunes, la construction des infrastructures d’adduction d’eau, la construction des salles de classe, l’amélioration de la santé financière de la Commune et les grands projets pour le Chef-lieu du département de l’Atlantique. En matière de coopération, des actions ciblées et concrètes sont au programme pour doter enfin la commune de partenariats agissants avec ses sœurs de l’Atlantique, des communes du Sud et des collectivités occidentales. Ne vaut-il pas mieux pour Allada assurer la vice-présidence d’une structure qui fonctionne et sert, que de présider à la chute d’un navire en naufrage ?    

M.M


Source : Matin Libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here