Rencontre internationale sur la sécurité: Des experts africains renforcent leurs capacités

Rencontre internationale sur la sécurité: Des experts africains renforcent leurs capacités

0
PARTAGER

Le Bénin accueille, depuis mardi 6 septembre à Cotonou, un séminaire de haut niveau sur la gestion des ressources de sécurité en Afrique. Organisé par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique (Cesa), il réunit environ 60 fonctionnaires militaires et civils de 16 pays africains. Il a été ouvert par le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou, représentant son homologue des Affaires étrangères.

Passer au scanner la gestion des ressources de la sécurité de l’Afrique, est la vision du Centre d’études stratégiques de l’Afrique (Cesa) pour le séminaire international ouvert mardi 6 septembre à Cotonou. « La gestion judicieuse des ressources du secteur de la sécurité disponible en Afrique de l’Ouest est à la fois critique et urgente. Les pays sont confrontés à des défis relatifs à la génération, l’attribution et la gestion des ressources du secteur de la sécurité », note Dr. Raymond Gilpin, doyen des affaires académiques du Cesa, dès l’entame de l’atelier. Les raisons de cet état de chose incluent, indique-t-il, la faiblesse des institutions, les contraintes de capacité, la surveillance inadéquate et le manque de transparence. Le décor ainsi planté, les participants issus du gratin civil et surtout militaire du Bénin, du Burkina Faso, du Cap Vert, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Conakry, de la Guinée Bissau, du Liberia, du Mali, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, de la Sierra Leone, de Sao Tomé-et-Principe et du Togo, s’installent de plain-pied dans le programme.

Offensive intellectuelle

Pour le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou, représentant le ministre des Affaires étrangères, le présent atelier vient à point nommé dans un contexte où les Etats ouest-africains confrontés aux menaces sécuritaires de tout genre, s’activent depuis plusieurs années à trouver de nouveaux paradigmes susceptibles de contribuer à mieux cerner la problématique. Cela participe, selon lui, à trouver de meilleurs modes de gestion de financement pour lutter efficacement contre l’insécurité. « Il n’y a pas de droit à la vie sans celui de la sécurité », précise-t-il.
En présentant le tableau de triple fragilité – étatique, écologique, socio-démographique – qui amenuise la sécurité dans les pays subsahariens, Joseph Djogbénou affiche son optimisme quant à la teneur des recommandations du séminaire pour une élévation de la sécurité, partie intégrante du développement de l’Afrique. En procédant à l’identification des lacunes politiques, institutionnelles et de capacités sécuritaires de l’Afrique, le séminaire vise plusieurs objectifs dont, entre autres, l’amélioration des capacités des fonctionnaires civils et militaires pour une meilleure conception et mise en œuvre des budgets du secteur de la sécurité, l’adoption des meilleures pratiques de gestion avec un contrôle démocratique efficace et la promotion de débats éclairés sur les politiques relatives à l’allocation et l’utilisation des ressources nationales. Aux dires des organisateurs, l’atteinte de ces buts repose sur la stimulation de la pensée novatrice dans les domaines de l’élaboration des politiques, l’efficacité des processus et la recherche pratique.
Selon Lucy Tamlyn, ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique (USA) au Bénin, l’organisation du séminaire survient en droite ligne avec les efforts en cours du gouvernement américain pour soutenir la professionnalisation du secteur de la sécurité de l’Afrique, spécialement la gestion efficace et transparente des ressources de sécurité. « C’est un appui conséquent aux orientations indiquées dans la stratégie de sécurité nationale des USA », renseigne la diplomate. « Comprendre les tendances en Afrique de l’Ouest », « les principaux enjeux en matière de gestion des ressources du secteur de la sécurité » et « vers des stratégies efficaces et durables », sont les modules prévus au menu du séminaire qui prend fin, vendredi prochain?

Miguel GODONOU (Stag)

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE