Réformes à l’avènement de la Rupture:Le Canea milite pour la constitutionnalisation du...

Réformes à l’avènement de la Rupture:Le Canea milite pour la constitutionnalisation du droit à l’eau

0
PARTAGER

La salle de conférence de la direction départementale de la santé Atlantique/Littoral a servi de cadre, mardi 3 mai 2016, à un atelier de réflexion sur la Constitutionnalisation du Droit à l’eau et à l’assainissement au Bénin. Il s’agit d’une initiative du Cadre de concertation des acteurs non étatiques de l’eau et de l’assainissement (Canea). Le Cadre entend engager un processus afin de faire du droit à l’eau un droit inaliénable.

Plusieurs droits sont inclus dans la loi fondamentale du Bénin à l’exemple du droit à l’éducation, du droit à l’environnement, du droit à la santé. Mais, le droit à l’eau qui est un droit à la vie et le droit à l’assainissement qui est une assurance à la dignité humaine ne se retrouvent pas dans cette constitution. C’est donc pour profiter de l’avènement du nouveau régime qui prône les réformes institutionnelles que les acteurs non étatiques du secteur eau et assainissement se sont réunis pour réfléchir sur les voies et moyens pouvant conduire à la constitutionnalisation du droit à l’eau. Un comité d’action a été mis sur pied à la fin des travaux et aura pour mission de pousser les membres du gouvernement et ceux de l’Assemblée nationale à reconnaître ses droits qui sont déjà une réalité dans plusieurs pays en Afrique. Grâce aux actions de plaidoyer qui vont durer 100 jours, les membres dudit comité devront sensibiliser sur la nécessité d’intégrer le droit à l’eau et à l’assainissement dans la nouvelle constitution béninoise. A en croire le coordonnateur national du Canea au Bénin, Félix Adégnika, le droit à l’eau et à l’assainissement est déjà reconnu dans la loi sur la gestion de l’eau. Mais, ça ne donne aucun recours. D’où l’importance d’aller au-delà. Le droit à l’eau et à l’assainissement vise les marginalisés notamment les femmes qui sont obligées de parcourir en moyenne 6 kilomètres à la recherche de l’or bleu. Le coordonnateur national Félix Adégnika pense que la constitutionnalisation de ce droit permettra de régler bien d’inégalités.

Marcus Koudjènoumè

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE