Promotion de la planification familiale: Faire des leaders religieux des champions

Promotion de la planification familiale: Faire des leaders religieux des champions

0
PARTAGER

Malgré ses bienfaits, martelés par ses différents promoteurs, la planification familiale a encore du mal à s’ancrer dans les habitudes des couples au Bénin. Diverses pistes sont envisagées pour remédier à cet état de choses, au nombre desquelles la sollicitation des leaders religieux.

Engager les leaders religieux dans la promotion de la planification familiale. Tel est le défi de la Coalition des Organisations de la Société civile pour le répositionnement de la planification familiale au Bénin. A cette fin, la Coalition a initié un ‘’Atelier de plaidoyer et d’orientation des leaders religieux sur les tendances de la planification familiale et leur implication’’. Jeudi 20 et vendredi 21 octobre derniers au Codiam de Cotonou, des leaders des religions chrétiennes, musulmanes et traditionnelles, ont été entretenus sur la situation et les défis de la planification familiale au Bénin, les liens entre la planification familiale et les Objectifs de Développement durable ainsi que leur rôle pour la promotion de ce qui s’est avéré un puissant moyen pour une vie familiale épanouissante.

Des chiffres qui interpellent

Faisant conjointement l’état des lieux de la planification familiale au Bénin, Jérôme Chatigre, coordonnateur de la Coalition des Organisations de la Société civile pour le repositionnement de la planification familiale au Bénin et Dr Gaston Ahounou, chef Service planification familiale et santé de reproduction des adolescents et jeunes au ministère de la Santé, ont souligné la nécessité d’une politique ambitieuse en faveur de la planification familiale. Ce qui intègre l’implication des leaders d’opinion et des décideurs, la sécurisation des produits de la santé de reproduction, l’amélioration des services.
Malgré les efforts consentis jusqu’à présent, les indicateurs sont faibles, rien qu’à en juger par le taux de la prévalence contraceptive (7,9% selon l’Enquête démographique et de santé 4), très faible. Dans un contexte national marqué par un taux de mortalité maternelle élevé (397 décès pour 100 000 naissances vivantes), un indice synthétique de fécondité de 4,9 enfants par femme, un taux de fécondité pour les adolescents de 8,9 grossesses pour 1000, Jérôme Chatigre et Dr Gaston Ahounou estiment qu’il faut engager des actions stratégiques plus affinées. Ceci passe notamment par une augmentation substantielle de la part du budget de l’Etat allouée à la planification familiale, le développement de la planification familiale au niveau communautaire, la revue du plan d’action national, le renforcement des capacités des prestataires, un meilleur suivi-évaluation…Confrontée à des goulots d’étranglement, la planification familiale n’est toujours pas considérée comme une priorité par les décideurs et souffre fortement des pesanteurs socio-culturelles qui ne sont pas sans influencer négativement l’implication des hommes dans les activités y afférentes et la mobilisation sociale, encore faible. D’où l’importance des leaders religieux en tant que relai social et catalyseurs des changements de comportement.

Du rôle des leaders religieux

Abordant la problématique du rôle des leaders religieux dans la promotion de la planification familiale, Révérend Ayi Mensah de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin s’est voulu très pédagogique. Sans tabou ni transgression aucune, il a avec tact et intelligence, à partir d’exemples tirés de la bible, démontré qu’on peut en bon chrétien, sans rien renier de sa dévotion, être champion de la planification familiale. Rappelant que l’Eglise recherche le bonheur de ses fidèles, Révérend Mensah fait appel au comportement responsable des couples, les invitant à une conscience et connaissance de leurs limites, de l’harmonie de la famille…Les enfants sont une bénédiction de Dieu, défend-t-il, s’inspirant de Psaume 127 qui évoque poétiquement ceci: «Voici, des fils sont un héritage de l’Eternel, le fruit des entrailles est une récompense». Le même Psaume déclame «Heureux l’homme qui en a rempli son carquois, ils ne seront pas confus, quand ils parleront avec des ennemis à la porte». Toutefois, décrypte Révérend Mensah, ‘’Tout couple, en fonction de ses ressources financières et émotionnelles, est libre de décider combien de flèches (enfants) il lui faut pour remplir son carquois’’. La bible, soutient-il, ne nous dit pas que c’est un péché de pratiquer la contraception pour contrôler les naissances. Elle en appelle au sens de responsabilité des conjoints, martèle-t-il, soulignant que la planification familiale est une intervention pour la santé de la mère, de l’enfant et pour le bien-être de toute la famille, encore qu’elle contribue au développement socio-économique du pays.

Vivre bien

Le bien-être des populations, tel qu’envisagé par les Objectifs de développement durable (ODD), a été l’objet d’une communication présentée par Josaphat Avocè, membre de la Coalition des Organisations de la Société civile pour le repositionnement de la planification familiale au Bénin. Il a mis en exergue les liens fonctionnels entre les ODD et la planification familiale. Des 17 ODD, la planification familiale contribue directement à l’objectif 3, et indirectement à tous les autres, renseigne-t-il. En effet, la planification familiale est une clé et un bon instrument pour l’atteinte des ODD, la feuille de route pour combattre la pauvreté, les inégalités et le dérèglement climatique, a soutenu le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.Ainsi bien documentés, les leaders religieux ont su, après des débats et travaux de groupe, décliner leurs objectifs de plaidoyer et prendre un engagement consensuel et solennel sur la manière de traiter les questions liées à la planification familiale.

Engagement des leaders religieux

« Nous leaders religieux, déclarons que toute vie vient de Dieu et à ce titre est sacrée. Planifier les naissances n’a jamais été considéré comme un mal. A cet effet, pour promouvoir la planification familiale au Bénin et partout ailleurs, nous nous engageons à œuvrer aux côtés des acteurs de la planification familiale et des autorités politico-administratives à divers niveaux afin d’améliorer le taux de prévalence contraceptive de notre pays. Ceci permettra aux populations de connaitre l’épanouissement sur tous les plans. Ainsi nous pourrons amorcer le développement durable tant escompté pour notre nation.
Que Dieu nous vienne en aide ! ».

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE