Promotion de la paix au Bénin: Les acquis de la gouvernance concertée...

Promotion de la paix au Bénin: Les acquis de la gouvernance concertée capitalisés

0
PARTAGER

La ville de Porto-Novo a accueilli, mercredi 12 octobre, la cérémonie de validation du rapport de capitalisation des acquis de la gouvernance concertée au Bénin. Une initiative dont la conception et la mise en œuvre ont été confiées par le gouvernement au Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) comme partenaire stratégique.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation du document de capitalisation de cette initiative a été l’occasion pour le représentant résident adjoint du PNUD au Bénin, Gilbert Poumangue de revenir sur la genèse de la mise en place par le gouvernement du régime défunt du président Boni Yayi du « Mécanisme de Gouvernance concertée et d’appui aux Organisations de la Société civile » et de la création de l’ex-Haut-commissariat à la gouvernance concertée (HCGC). Ce mécanisme a permis, à l’en croire, de créer des conditions de dialogue fécond entre le gouvernement et la population et d’assurer une gouvernance concertée et le suivi par la population des engagements nationaux et internationaux pris par le Bénin. Gilbert Poumangue a cité quelques exemples des prouesses réalisées par cette institution sous le leadership de Moïse Mensah dans le cadre du règlement des conflits sociopolitiques.

Le rapport de restitution des acquis de cette initiative validé par les participants se veut un document de référence en matière de bonne manière de conduite de gouvernance concertée, a souligné le représentant résident adjoint du PNUD au Bénin. Les travaux de l’atelier ont été ouverts par Gustave Assah, coordonnateur de Social Watch Bénin, et représentant de la coalition des Organisations de la Société civile ayant bénéficié des actions de l'initiative de Gouvernance concertée au Bénin. Celui-ci a notamment salué l’importance de l’initiative de la Gouvernance concertée, un outil de promotion de la paix et de justice sociale au Bénin, avant de dénoncer la dissolution du Haut-commissariat à la Gouvernance concertée par le gouvernement de Patrice Talon et sans aucune évaluation préalable de l’organe. Pour Gustave Assah, cette institution dont les réalisations parlent d’elles-mêmes sur le terrain est très utile pour la démocratie béninoise surtout par ces temps de mécontentements par endroits contre le gouvernement en place.

Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE