Accueil Société

Promotion de la bonne gouvernance : Les Jng tracent les sillons

0
PARTAGER

Fidèle à sa mission de lutte contre la corruption et l’impunité, le Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac) a organisé, du 15 au 17 juin 2017, à Agoué (Grand-Popo) les Journées nationales de la gouvernance (Jng). Placée sous le thème : « Gouvernance et lutte contre la corruption : Etat des lieux et défis », cette rencontre, qui est à sa première édition, a connu la participation de ministres, députés, universitaires, membres de la société civile, des Ptfs et experts en gouvernance.

Financées par l’Usaid et l’Union européenne, les Journées nationales de la gouvernance (Jng) se veulent être un espace où des politiciens, des universitaires et experts ayant des points de vue différents se rencontrent pour discuter des questions pertinentes et élaborer des recommandations pour les décideurs.Le Fonac et son président Jean-Baptiste Elias offrent ainsi une réelle opportunité à tous ces acteurs d’intervenir dans les réformes, s’engager pour leur réalisation, inciter à un échange d’expériences, développer un dialogue afin d’aboutir sur l’utilisation des meilleures pratiques en matière de gouvernance.

Dans son discours introductif, le président du Fonac Jean-Baptiste Elias affirme être convaincu de l’opportunité et de la pertinence d’un tel forum au regard des conséquences socio-économiques de la corruption et de l’impunité, phénomènes qui impactent négativement la gouvernance et ralentissent le développement. Représentant le Chef de l’Etat, le ministre d’Etat chargé du plan et du développement Abdoulaye Bio Tchané a rappelé que la bonne gouvernance est un levier indispensable pour le développement. C’est d’ailleurs pourquoi le Chef de l’Etat fait de son mandat celui de réformes profondes et de rupture afin de soutenir son ambition d’engager la transformation structurelle de l’économie nationale, a-t-il souligné.

Trois jours de débat et d’engagement

Des communication et panels ont meublé ces trois jours d’échange entre acteurs de la gouvernance à Granp-Popo. La première communication intitulée « Gouvernance et développement » a été présentée par le professeur Arifari Nassirou Bako, député à l’Assemblée nationale. La deuxième, présentée par un membre du gouvernement, a porté sur « L’évaluation et le plan d’action du Système national d’intégrité du Bénin  (Sni). A la suite des communications et des panels, des débats très enrichissants et parfois houleux ont permis aux participants de faire des recommandations à l’endroit du gouvernement représenté par le Garde des sceaux Joseph Djogbénou.

Espérant que la prise en compte de ces recommandations permette de réduire l’ampleur de la corruption à défaut de l’éradiquer, le président du Fonac Jean-Baptiste Elias reste convaincu que cette première édition des Jng constitue une occasion de tracer les sillons d’une bonne gouvernance et de la lutte contre l’impunité. Il a invité chaque acteur à prendre l’engagement que « la corruption ne passera pas par moi. Je ne serai ni corrupteur, ni corrompu ». Abondant dans le même sens, le ministre de la Justice Joseph Djogbénou a demandé aux participants de s’abstenir d’intervenir auprès des ministres en faveur de tel ou tel protégé lorsque le gouvernement va procéder très prochaine au recrutement de près de dix mille agents dans la fonction publique. Tout en saluant l’approche participative du forum qui a réuni tous les sachants de la république, il a reconnu la nécessité et la pertinence des Jng.

Les participants se sont donnés rendez-vous l’année prochaine pour la deuxième édition afin d’évaluer les avancées et les engagements pris de part et d’autre. Un pas de plus sera alors franchi dans la lutte contre la corruption et l’impunité.


Source : Matin Libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here