Prison civile de Natitingou:Des évasions en cascade

Prison civile de Natitingou:Des évasions en cascade

0
PARTAGER

La prison civile de Natitingou est devenue depuis peu, un passoir pour les détenus. Plusieurs prisonniers quittent, avec ou sans la complicité des responsables de cette maison d’arrêt. Ainsi, depuis le mois d’octobre 2015, en l’espace de 05 mois donc, cette prison civile a enregistré 7 évasions de détenus de tout acabit. Mais les deux derniers cas d’évasions retiennent l’attention de plus d’un. Il s’agit de 2 présumés assassins.

Le premier prisonnier à quitter cette prison est ZoumarouSakirou, détenu pour assassinat et vol à Djougou. Il a été déféré le 19 janvier 2016 et s’est évadé de cette prison le 27 janvier de la même année. Soit huit (08) nuits seulement passées dans cette prison civile de Natitingou. Le cas d’évasion qui a donné une forte alerte, est celle du détenu Zannou Wilfried Friday, arrêté dans l’affaire de meurtre de la citoyenne américaine Catherine Puzey, alors volontaire du corps de la paix au Bénin. Elle avait été retrouvée égorgée à son domicile à Badjoudè dans la commune de Ouaké le 12 mars 2009. Et ce n’est qu’après trois (03) ans d’intenses enquêtes, le 15 février 2012 , que Zannou Wilfried Friday a été rattrapé par la justice pour complicité d’assassinat de la volontaire Catherine Puzey. Mais à la grande surprise de tous, le scieur ZannouWilfreid Friday est porté disparu de la prison civile de Natitingou depuis le 21 février 2016. De sources proches de la maison d’arrêt, il ressort que pour réussir son forfait, le détenu s’est fait ami sincère du Régisseur de la prison civile de Natitingou, l’Adjudant chef Raphaël G. Djèbou. Ceci, depuis son arrivée. Ce dernier et presque tous les membres de sa famille, recevaient, d’après les mêmes sources, des dons de toutes natures du prisonnier actuellement en cavale. On a souvent reproché aux responsables de la prison leur laisser-aller dont profitent des détenus qui sont libres de leurs mouvements. Le cas de l’ancien maire de la commune de Pehunco, Sabi Yoro Barthelemy est palpable dans la ville de Natitingou. L’adjudant chef Raphaël G. Djèbou, déjà relevé de son poste de régisseur de la prison civile en fin de semaine passée par sa hiérarchie, risque des poursuites judiciaires puisque, apprend-on aussi, une enquête est ouverte pour retrouver tous les auteurs et complices de ces évasions, surtout celle du scieur Zannou Wilfried Friday. L’appel à candidature au poste de régisseur de la prison civile de Natitingou sera bientôt lancé.

Prince Ouindé

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE