Présidentielle au Bénin : Ils avaient raison.

Présidentielle au Bénin : Ils avaient raison.

2
PARTAGER

La réalité des faits liée à la présidentielle de 2016 en république du Bénin leur donne aujourd’hui raison. Il s’agit de l’honorable Candide Azannaï, du Professeur Joseph Djogbénou, du président – maire Nicephore Dieu Donné Soglo et du maire du la ville de Ouidah Séverin Adjovi, pour ne citer que ceux là. Des visionnaires? Des voyants? Des réalistes ? Difficile de le dire mais ces figures de la politique béninoise ont certainement quelques choses de plus que le politique lambda.

En effet, au lendemain des élections législatives d’avril 2015, l’honorable Candide Azannaï avait déjà annoncé les couleurs pour la présidentielle de 2016. Du retour du conclave de la grande alliance de l’opposition l’Union fait la Nation (UN) tenu à Lokossa, l’honorable de Cotonou estime que les leaders de l’UN qui affichent leurs ambitions d’être candidat ne sauraient faire le poids pour la présidentielle vu l’enjeux de cette élection.

« Il nous faut un groupe politique puissant pour prendre le pouvoir et l’exercer dans l’intérêt du pays. (…) Nous devons finir avec l’époque des individus puissants pour éviter l’arrivée au pouvoir des personnalités comme l’actuel chef d’Etat, Boni Yayi » avait-il suggéré aux leaders de l’UN à l’époque. Mais, c’était un coup d’épée dans l’eau. Dans la réalité des faits, l’UN n’a même pas pu designer un candidat à l’élection présidentielle.

L’autre réalité qui donne raison à l’honorable Azannaï est le KO manqué de l’Alliance dit Républicaine. En effet, lors de la conférence inaugurale de la campagne de l’homme d’affaire Patrice Talon à Cotonou, l’honorable Azannaï avait affirmé : « Yayi est castré de toutes stratégies pour faire un KO ». Les résultats du premier tour du scrutin présidentiel on très vite fait tomber le mythe du KO dans l’oublie donnant ainsi raison à l’honorable Azannaï.

Le professeur Joseph Djogbénou pour ce qui le concerne avait prédit l’issue de cette présidentielle tout comme l’honorable Azannaï mais à la différence d’une phrase pleine de rhétorique et de figure de style qui restera certainement gravée dans l’histoire de la présidentielle de 2016 au Bénin. « Lionel Zinsou veut être le président de la république mais il se contentera d’être le résident de la république » avait-il laissé entendre. La réalité lui donne aujourd’hui raison. Résident de la république, Lionel Zinsou le restera puisque l’homme entend continué le combat de développement de son pays après sa défaite au second tour de la présidentielle face à Patrice Talon.

Le président – maire, Nicephore Dieu Donné Soglo, quant à lui, avait dit lors d’une conférence de presse « Lionel Zinsou ne sera jamais président de mon vivant ». Le peuple béninois n’étant donc encore prêt de perdre son premier président et premier maire de la ville de Cotonou démocratiquement élu, a choisit faire perdre les élection à Lionel Zinsou au détriment de Patrice Talon. Aux dernières nouvelles le pépé National (comme on aime affectueusement l’appeler) se porte très bien après la défaite à la présidentielle du candidat considéré comme la pérennisation de la France – Afrique.

Le maire de la ville de Ouidah, Séverin a Adjovi, dans un jeux pas trop claire, n’a pas manqué de prophétiser. « Le prochain président du Bénin sera un natif de Ouidah. » avait laissé entendre le maire bien qu’il soit affiché comme soutient indéfectible à la candidature de l’homme d’affaire Sébastien Ajavon, l’autre gros morceau de la présidentielle, qui curieusement n’est pas natif de Ouidah, mais de Grand-Popo. La réalité lui donne aujourd’hui raison même si les militants pro-Ajavon ne semblent pas lui pardonner un prétendu double jeu en faveur du président élu Patrice Talon, natif de Ouidah

 

Benin Web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE