Pour une réussite de la campagne cotonnière 2016-2017 : L’Aic, le Maep...

Pour une réussite de la campagne cotonnière 2016-2017 : L’Aic, le Maep et les égreneurs fondent leurs espoirs

0
PARTAGER

Depuis le retour de l’Association Interprofessionnelle du Coton (Aic) dans la gestion de l’or blanc au Bénin, tout porte à croire que l’espoir dans le secteur est permis. C’est du moins le sentiment qui se dégage des échanges que l’équipe décisionnelle de la structure, en tournée de bilan depuis hier et, accompagnée des responsables du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep) et des égreneurs, a eus à N’Dali avec les producteurs de la région cotonnière du Borgou.

Précisons d’abord qu’il s’agit de la première étage d’une tournée de bilan des emblavures que le président de l’Association Interprofessionnelle du Coton, Mathieu Adjovi a entamée en rencontrant hier à N’Dali les producteurs des huit communes du Borgou. Après une descente qu’il a effectuée sur une exploitation cotonnière située à trois kms de N’Dali sur la route de Nikki, la délégation conduite par Mathieu Adjovi et guidée par l’équipe communale que dirige Gaston Yorou est revenue échanger avec les producteurs, notamment sur l’état d’avancement de la campagne. Il s’en est dégagé un satisfecit au regard des appréciations faites par les uns et les autres sur le dépassement des prévisions d’emblavures dans toutes les zones de production.

Ce fut un brin d’espoir pour la délégation de se rendre compte que, de près de 45.000 ha prévus pour être emblavés, les producteurs de la zone cotonnière sont allés à plus de 59.500 ha. Selon leurs responsables, non seulement il faut saluer cette confiance retrouvée entre les regroupements des producteurs et l’Association interprofessionnelle, mais également et surtout, privilégier le professionnalisme de l’Aic qui a su en parfaite intelligence collaborer avec le Ministère de tutelle pour en arriver à ce résultat. Toutefois, des difficultés ont été portées à l’attention de la délégation, notamment celles liées à la mise en place des intrants et, quelques cas isolés de surconsommation de ces produits. Ensemble, des solutions appropriées ont été trouvées pour corriger le tir. Enfin, des souhaits ont été émis quant à la pluviométrie dont les conséquences pour l’heure dans la zone cotonnière n’ont pas émoussé les espoirs. Il faut signaler qu’après l’étape d’hier dans le Borgou, Mathieu Adjovi et sa suite mettront le cap ce jour sur l’Alibori, avant de poursuivre demain la visite dans l’Atacora et la Donga.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE