Pour succéder à Yayi Boni:Patrice Talon, le candidat de « Cercle Bénin »

Pour succéder à Yayi Boni:Patrice Talon, le candidat de « Cercle Bénin »

0
PARTAGER

Les soutiens au candidat de la rupture s’agrandissent au fur et à mesure qu’on s’approche du 6 mars prochain. Le mouvement « Cercle Bénin » présidé par le Contrôleur général de Police Claude Gnaho, a trouvé son « Génie ». Il s’agit de Patrice Talon. Dans cette réflexion intitulée : « Le Bénin nouveau : de l’intérieur vers l’extérieur », les critères qui ont motivé le choix de ce mouvement sont déclinés.
Le Bénin nouveau : de l’intérieur vers l’extérieur

« Nous sommes capables de renverser la tendance et de vaincre la fatalité »
Le Bénin a toujours été une véritable interrogation pour les autres pays de la sous-région ouest-africaine et pour les pays occidentaux. Aujourd’hui, les élections qui s’annoncent pour ce dimanche 6 mars 2016 suscitent aussi des interrogations : que va-t-il se passer ? Ou encore, qui va l’emporter parmi cette trentaine de candidats ?

Les supputations vont bon train : nouveau départ, nouvelle conscience, réussissons ensemble, le Bénin gagnant, le Bénin triomphant… bref ces slogans sont la parfaite illustration de la richesse intellectuelle béninoise. Qui choisir ?
Je voudrais que ma plume vous guide dans votre choix de celui qui pourra opérer des changements de l’intérieur (les textes de la République et les habitudes béninoises) vers l’extérieur (la fierté béninoise et le rayonnement du Bénin).
1- Il nous faut quelqu’un qui nous respecte dans notre identité de Béninoise et de Béninois et qui reconnaisse notre valeur car il a travaillé avec nous, parmi nous et chez nous. Certains parmi ceux dont j’ai cité les slogans remplissent ces critères mais l’un d’entre eux nous dit ceci : « en effet, j’ai fait mes preuves tant dans la gestion de mes entreprises que dans le soutien aux initiatives des forces politiques engagées dans l’instauration d’un Etat de droit dans notre pays depuis les années 90 ». Celui qui affirme cela a donc la connaissance du terrain politique et du peuple béninois depuis la conférence des forces vives de la Nation et a toujours soutenu l’État de droit.

2- Il nous faut un Président humble, qui ne nous traitera pas « d’aide-maçons » ou de « petit », parce que c’est nous qui lui donnons de la valeur en le choisissant comme le premier des Béninois. Un homme avec du charisme et un don de soi. Celui que j’ai découvert a dit ceci : « Je fais des œuvres sociales autant que les autres et même plus, mais j’ai décidé de ne pas les étaler sur la place publique… ». Et encore d’ajouter : « parce que le pays qui nous est cher se trouve dans de maintes vagues internes…, nous devons au sacrifice de nos vocations et de notre confort apporter notre contribution à la reconstruction de la cité ».

3- Il nous faut un leader qui sait parfois dire Non et qui a déjà dit Non, même à plus fort que lui, malgré les problèmes que cela peut lui créer. Ce candidat que je vous présente l’a fait. Son Non nous a été salvateur car c’est grâce à ce Non que nous connaîtrons une alternance démocratique ce dimanche 6 mars 2016. Il s’est donc sacrifié pour une cause ! Laquelle ? Ecoutons-le : « Mes affaires et ma fortune ne passent pas avant mon pays, sinon je n’aurais pas refusé mon soutien au Président Yayi Boni pour la révision opportuniste de la constitution en vue de s’éterniser au pouvoir ». De mémoire d’homme, l’Honorable Candide Azannaï ainsi que d’autres députés avaient mené un tel combat. Ce candidat est donc la « pierre d’angle qu’ont rejeté les révisionnistes ». Où étaient donc les autres candidats pendant ce temps où le peuple avait besoin d’héros ?

4- Il nous faut un homme d’État qui n’aura pas peur de parler aux autres Chefs d’Etat parce qu’il s’exprime bien. Un intellectuel qui sait dire non au risque de son poste, qui a l’art de parler en public, qui est toujours resté chez nous, avec nous, qui a fait ses preuves, qui est au service du peuple, pour le peuple et qui est au milieu du peuple par ces initiatives entrepreneuriales. Lui, il n’a pas créé une entreprise mais des entreprises, il a rencontré les Béninois en France, en Côte d’Ivoire et ailleurs.

5- Il nous faut un homme du système, qui connaît le système mais qui sera indépendant. Un homme qui ne passera pas son temps à faire des remerciements politiques parce qu’il y a trop d’hommes ou de partis politiques à côté de lui. Nous savons tous ce que les remerciements politiques nous ont coûté : plus de trente ministères, ministre sans bureau, ministère avec deux cabinets, la place qu’il faut à l’homme qu’il ne faut pas, conseillers techniques sans bureau, concours politiques, augmentation du train de vie de l’Etat, remaniements ministériels permanents sinon suspicieux,… Le fait d’avoir été rejeté par les révisionnistes fait de lui un homme qui connaît le système, mais qui est indépendant. Celui que j’ai découvert est le seul qui soit en bonne position et qui a quelques députés autour de lui parmi lesquels Candide Azannaï.

6- Mes frères et mes sœurs ont besoin d’emplois. Le système français sinon francophone est connu pour être purement théorique. La jeunesse béninoise a besoin d’un praticien de l’emploi, quelqu’un qui a créé des emplois, qui a des carnets d’adresses dans le monde entier pour attirer ses amis hommes d’affaires qui ont créé des entreprises dans le monde. Nous ne voulons pas d’un théoricien de l’emploi : quelqu’un qui dit : je vais faire… Nous voulons quelqu’un qui a déjà fait et qui continue de faire. Ce candidat a créé beaucoup d’entreprises dans notre pays. Il est le premier employeur du Bénin. Il n’importe pas, mais il utilise le coton qu’on fabrique chez nous à la sueur des fronts de nos parents qui sont partout dans le Bénin. Ses entreprises ne tuent pas des secteurs économiques dans le pays, mais ils nourrissent l’Etat et beaucoup de nos parents.

7- Il nous faut un Béninois, un président qui opère de l’intérieur vers l’extérieur, c’est-à-dire :
- Un Président qui enlève la peur de nos cœurs en nous donnant plus de liberté parce que lui-même a goûté à la peur ;
- Un Président qui réhabilite nos institutions pour que les institutions fassent revivre notre démocratie et que notre démocratie nous rende heureux ;
- Un Président qui nous donne l’exemple de ponctualité, d’humilité, de gestion axé sur les résultats, d’initiatives, de créativité, de justice, de confiance en soi et de don de soi ;
- Un Président qui nous rend fier d’être Béninoise et Béninois.
Candide Azannaï a dit de lui que c’est un Génie. Le Contrôleur général de Police Claude Gnaho, Président de Cercle Bénin a dit de lui que c’est un Acier, c’est-à-dire :
Audacieux assuré
Compétent capable
Intègre et intellectuel
Expérimenté excellent
Responsable réaliste.
Lorsqu’on a emprunté un chemin pendant 26 ans et qu’on se retrouve face à un mur sans issue, après avoir heurté plusieurs pierres sur le chemin, sans tomber heureusement, l’heure n’est pas à adopter une nouvelle conscience, ni à savourer un Bénin gagnant, encore moins à être heureux de réussir ensemble ou à jubiler d’un Bénin Triomphant : il faut simplement retourner sur ses pas et prendre un Nouveau Départ !
Sur le chemin de ce Nouveau départ, une nouvelle conscience sera utile pour faire face aux difficultés et adapté les points de vue. Le Bénin gagnera progressivement des victoires et triomphera. Tous ensembles nous jubilerons alors, car nous avons réussi ensemble.
Oui, Patrice Talon est bel et bien celui qui remplit ces critères. Comme l’a dit Barack Obama : « Le changement ne viendra pas si nous attendons une autre personne ou à un autre moment. Nous sommes ceux que nous avons attendus. Nous sommes le changement que nous cherchons. » Et, Thomas Sankara d’illustre mémoire disait : « Nous avons en nous la force et la capacité de combattre l’impérialisme. Quand le peuple se met debout l’impérialisme tremble ».
Pour le moment suivons et laissons le soleil du Nouveau Départ sécher la rivière de la misère sous nos pieds et dissiper le brouillard de la honte. Grace à nos terres fertilisées par le bleu de l’espérance et la détermination de nos actions, et nos regards tournés vers l’avenir. Notre Nouveau Départ nous mènera vers une Nation où le maïs (la nourriture) et la prospérité seront certainement les choses les mieux partagées.

J’aime ma patrie !
Je vote Patrice !
J’ai le talent !
Je vote Talon !

Cell Com Cercle Bénin

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE