Pour non remboursement de cautions, les transitaires marchent sur le ministère des...

Pour non remboursement de cautions, les transitaires marchent sur le ministère des Finances

0
PARTAGER

Le ministère de l'Economie et des Finances a reçu des visiteurs particuliers dans la matinée de ce mercredi 10 août 2016. En colère contre le non remboursement des cautions qu'ils ont payées pour les véhicules en transit vers les pays de l'hinterland, les commissionnaires en douanes, transitaires mandataires et autres acteurs de la filière des véhicules d'occasions en transit réunis au sein de l'Union des commissionnaires en douane et transporteurs agréés du Bénin ont manifesté leur mécontentement au siège du ministère.

Marche pacifique

Ils s'étaient rassemblés à la Place de l'Etoile rouge tôt ce matin. A 10 heures, la centaine de personnes, bandeaux rouges autour de la tête, vuvuzela en mains et pancartes brandies, défient le soleil et s'élancent dans une marche qui les mènera sur la route de l'aéroport où siège le ministère de l'Economie et des Finances.

Au terme de 50 minutes de marche à pas constant et sous la supervision des forces de sécurité, les manifestants arrivent à destination. En l'absence du ministre Romuald Wadagni, c'est le secrétaire général du ministère qui descend pour écouter et recevoir leur motion.

Paiement des cautions

Les manifestants n'ont qu'une revendication essentielle. Ils exigent le remboursement des cautions qu'ils paient à la douane pour les véhicules en transit.

En fait, les transitaires paient une caution de 110 000 francs pour chaque véhicule qui sort du port de Cotonou en transit vers les pays de l'hinterland, notamment vers le Niger et le Burkina-Faso. C'est arrivé à la frontière du pays de destination, que la douane leur délivre un titre de remboursement de cette caution à encaisser au trésor public. Mais depuis l'avènement du gouvernement, le ministère de l'Economie a suspendu ledit remboursement. A en croire Bio Bangana, porte-parole des manifestants, plus de 8 000 dossiers de remboursement seraient en attente. Ils exigent alors la levée de la suspension et le remboursement sans délai des frais.

Rencontre avec le ministre

Après avoir lu leur motion, le secrétaire général du ministère a rassuré les manifestants que leur cas fera l'objet d'une étude dans les plus brefs délais. Joël Zodjihoué a ensuite rencontré les responsables de la manifestation au cours d'un entretien d'une trentaine de minutes. A la sortie de cet entretien, l'un des responsables a annoncé que le "dialogue était ouvert" et que les manifestants allaient être reçus au cabinet du ministre dans "les prochaines heures". Il faut dire que les manifestants avaient déjà essayé en vain de rencontrer le ministre par le passé. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui les ont poussés dans la rue.

 

Maurice Thantan


ORTB

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE