Plusieurs médias interdits de diffusion au Bénin: la polémique enfle

Plusieurs médias interdits de diffusion au Bénin: la polémique enfle

0
PARTAGER

Au Bénin, depuis le début de la semaine, 6 chaînes de télévisions et une radio ont été fermées sur décision de la HAAC. La Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication a notamment dans son viseur deux médias qui appartiennent à l'homme d'affaires Sébastien Ajavon, arrivé 3ème à la présidentielle de mars dernier. Des scellés ont ainsi été posés devant la radio Soleil FM et la société Ideal production, qui fournit des éléments à la chaîne de télévision panafricaine Sikka TV. Cette dernière, dont le siège est à Paris, continue d'émettre mais ses programmes sont perturbés. A Cotonou, la polémique ne désenfle pas.

Ces fermetures sont brutales, la sanction disproportionnée. C’est ce que dénonce Franck Kpotchémè, président de l’Union des professionnels des médias du Bénin. « On ne peut pas..., sans avertissement, sans rien, sans dialogue, aller fermer des espaces de liberté. La Haute autorité de l’Audiovisuel et de la communication a été créée pour protéger les médias. Elle n’est pas là pour fermer les entreprises de presse », s'indigne t-il.

Sikka TV annonce de son côté qu’elle va porter plainte. « Nous dénonçons l’amalgame au niveau de la HAAC, qui confond une agence de production à une chaîne de télévision de droit français, explique à RFI Joël Ahofodji, son directeur de l’information. Cela ressemble à de l’acharnement. Ça vient comme par hasard juste après une affaire dite des 18 kilos de cocaïne et ça sent le roussi ».

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE