Pillage systématique des ministères:Le carnage continue

Pillage systématique des ministères:Le carnage continue

0
PARTAGER

A la vérité, la maison Bénin est à l’épreuve d’une crise morale avancée. Le ré-gime défunt a poussé l’audace jusqu’au carnage de l’administration. La rupture se doit de sauver l’honneur, le prestige et la dignité d’appartenir à un pays pour qui la dignité est une question de vie.

Les plus révoltés parlent de cadres diminués de l’administration. D’autres n’hésitent pas à parler de névrosés. Mais au fond, est-ce qu’il y a vraiment de pathologie biologique vérifiable dans le circuit fonctionnel des auteurs de ce pil-lage en série orchestré dans l’administration béninoise ? Il faut assez d’audace et de fougue impudique pour réussir le coup. Le scénario interpelle. Il est plus qu’urgent d’inscrire l’acte dans le palmarès des dérives. Alors même que des caméras sont bien installées et que le personnel de l’administration est déjà présent et y travaille, ces hommes se décident d’orchestrer, au vu et au su de tout le monde, ce démantèlement. Ils n’ont pas fait le choix de boites de stylos ou d’agrafes. On comprendrait s’ils avaient emporté des paquets de cahiers pour leurs enfants ou leurs petits-fils. Mais s’ils ont décidé d’emporter des mobiliers, il y a des raisons assez justifiables de conclure que le contexte en a été pour beaucoup. Inutile de rappeler les défis imposés à la morale et au bon sens ces dernières années, l’acte des ‘’amis’’ cadres ne devra plus vraiment surprendre. Dans un contexte où la politisation a atteint le summum, dans un pays où le sommet a cessé d’être un exemple et où l’argent est la seule référence, on ne devrait pas vraiment s’émouvoir suite à un vol de mobiliers. Le mal est profond, il semble qu’on a changé de pays. Le pessimiste est de mise, mais l’histoire nous convie toujours à avoir de la retenue. Le Bénin d’hier était celui de la dignité et de l’honneur. Le Bénin d’aujourd’hui a encore de milliers de bonnes personnes tapis dans leurs domaines respectifs qui montrent l’exemple à chaque fois à travers leur probité et leur cœur, oh combien généreux. Si l’on a des raisons justes de se cacher aujourd’hui, demain sera forcément radieux. Il y a comme un vent qui passe et annonce avec empressement que l’espoir est permis. La rupture nous prédit une nouvelle ère, une aube radieuse où la morale, le bien, la compétence seront valorisés. La rupture sonne comme une réponse à ce cortège de non droit et de vide absolu où la dignité est méprisée. Il semble qu’on veut prendre réellement le problème par le bon bout. L’enthousiasme est vraiment de mise. On peut, sans retenue, tenter l’expérience du nouveau départ. Les plus valeureux, les plus compétents, les plus probes de la République peuvent crier victoire. L’heure de la justice semble-t-il, a sonné. Le soleil du bon sens, de l’amour pour la patrie, de la probité, de la pudeur se lève. Les millions de Béninois ont hâte de voir ces bons fils de la République se dévouer enfin avec esprit de sacrifice et d’engagement au service du bien-être de la communauté. Les défis sont grands et ne peuvent être relevés que par un minimum de bon sens dans la gestion des affaires de la cité.

HA


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE