Période de campagne électorale/Présidentielle 2016 : Quand l’administration est désertée pour des...

Période de campagne électorale/Présidentielle 2016 : Quand l’administration est désertée pour des meetings

0
PARTAGER

La campagne électorale a officiellement démarré depuis vendredi dernier. Outre les candidats à l’élection présidentielle du 06 mars 2016, plusieurs cadres de l’administration béninoise désertent leurs bureaux pour mouiller le maillot sur le terrain. Toute chose qui ne reste sans répercussions sur les usagers de l’administration et l’économie nationale.

L’administration tourne au ralenti. Un dysfonctionnement qui s’étendra, sans doute, sur toute la période électorale. Des bureaux fermés, des usagers lassés d’attendre dans les couloirs ou les salles d’attente, des services déserts… c’est le visage que présente actuellement l’administration béninoise. Ceci se justifie simplement par le fait que bon nombre de cadres, chefs services, fonctionnaires se dérobent à leur mission première pour aller battre campagne pour tel ou tel présidentiable en course pour la Marina. Le phénomène est beaucoup plus visible au niveau des différents départements ministériels. Inutile de chercher à s’assurer de la présence d’une autorité ministérielle à son Cabinet ces moments-ci.Etant donné que ce sont ces derniers qui conduisent les mouvements sur le terrain. Le pire, c’est que les Directeurs de Cabinet et les Assistants des Ministres qui sont censés tout faire pour que l’absence de l’autorité ne se ressente pas, se retrouvent également dans leurs différentes localités à mobiliser des populations lors des meetings politiques. Un tour dans quelques Ministères nous a permis de toucher du doigt, la réalité. Le personnel est désormais restreint. Chose curieuse, ces multiples absences souvent répétées se justifient par des missions techniques, des raisons de convalescence et autres raisonnements fallacieux. Toute chose qui n’est pas sans répercussions sur les usagers et sur l’économie nationale. Outre le dysfonctionnement caractéristique de l’administration, des usagers sont régulièrement frustrés du fait qu’il n’y ait personne ou la personne indiquée pour donner suite à leur requête. Par ailleurs, ces absences créent des manques à gagner pour le pays surtout que l’économie nationale est essentiellement fiscale. Il urge, de ce fait que des mesures subséquentes soient prises pour contraindre ces cadres à s’abstenir desdites pratiques qui n’avantage guère la nation. Des défalcations sur salaires pourraient toutefois être une panacée…

Aziz BADAROU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE