Passage de la promotion de la microfinance au Ministère du développement:Consortium Alafia...

Passage de la promotion de la microfinance au Ministère du développement:Consortium Alafia plaide une cause juste

0
PARTAGER

La réduction du gouvernement actuel à 21 départements ministériels crée des problèmes auxquels le président Patrice Talon doit vite apporter des mesures palliatives. La promotion de la microfinance autrefois assurée par un Ministère est désormais confiée au Ministère du travail, de la fonction publique et des affaires sociales. Cette décision n’est pas du goût de l’association professionnelle des Services financiers décentralisés. Les responsables de Consortium Alafia plaident pour le passage de la promotion de la microfinance au Ministère d’Etat chargé du développement.

C’est un secret de polichinelle que la microfinance s’illustre aujourd’hui dans le monde comme étant l’outil efficace de réduction de la pauvreté et de développement durable par la base. Elle permet aux populations exclues des services bancaires de bénéficier des services financiers à travers les Systèmes financiers décentralisés (Sfd) qui donnent aux populations l’opportunité de développer leur entreprise et d’exercer des activités économiques. Vu comme tel, il était attendu du nouveau président de la République, Patrice Talon, la consécration d’un département ministériel à la promotion de la microfinance comme l’avait fait le régime défunt avec une nouvelle orientation. Mais grande a été la surprise des acteurs de ce secteur de constater, à la publication de la liste du 1er gouvernement de la rupture, que la microfinance a été reléguée au second rang puisque rattaché au Ministère du travail, de la fonction publique et des affaires sociales. Etre désormais promu par un tel département sera un handicap pour les Sfd qui veulent continuer à accompagner l’émergence du Bénin à la base puisque les Services financiers décentralisés exercent des activités d’intermédiation financière. Raison pour laquelle l’Association professionnelle des Systèmes financiers décentralisés du Bénin (Consortium-Alafia) a pris son bâton de pèlerin pour préserver les acquis de ces dernières années dans le secteur de la microfinance au Bénin et faire en sorte que la microfinance occupe une place de choix dans le wagon du Nouveau Départ. Selon les explications fournies par le directeur du Consortium Alafia, Ignace Dovi, le rattachement de la promotion de la microfinance au Ministère des affaires sociales dans le gouvernement de la Rupture se justifie à maints égards. « Le gouvernement défunt a présenté la microfinance comme un élément social, c’est pourquoi l’Exécutif actuel l’a logée au Ministère des affaires sociales », a-t-il confié. Même si ce qui est fait par les Sfd s’apparente à du social, Ignace Dovi insiste sur le fait que c’est la clientèle-cible qui justifie cet état de choses, car cette clientèle-cible est majoritairement composée de personnes à faibles revenus, exclues ou ignorées par le secteur financier classique mais désireuses de développer une activité économique leur permettant de gagner leur vie. Pour ce faire, Consortium Alafia prie le gouvernement de reconnaître, au même titre que les Sfd, leurs talents, leurs besoins et leurs capacités à rembourser les prêts et de ne pas les assimiler à des assistants sociaux. Ceci, en rattachant la promotion de la microfinance au Ministère d’Etat chargé du développement. L’acte ne sera que justice puisque le ministre Abdoulaye Bio Tchané avait, lors des campagnes, réserver une belle part dans son projet de société au secteur de la microfinance.

Serge Adanlao


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE