Occupation illégale des abords des écoles et collèges dans Cotonou: Le préfet...

Occupation illégale des abords des écoles et collèges dans Cotonou: Le préfet Toboula passe à la phase répressive

3
PARTAGER

C’est le branle bas actuellement au carrefour Vèdoko. Les occupants ayant installés des baraques aux alentours du CEG Vèdoko sont en train d’être délogées par des pèles mécaniques. A l’origine de ce déguerpissement musclé, l’ultimatum du préfet Toboula qui ne veut plus voir des occupants illégaux exercer leurs business dans les encablures des écoles et collèges publiques dans Cotonou.

En effet, le dernier délai accordé à ces occupants pour vider les lieux est pour ce samedi 1er Octobre 2016. Mais malgré cette sommation, nombreux sont ces tenanciers de baraques dans les alentours des écoles et collèges publiques dans Cotonou qui n’ont pas cru devoir optempérer. Alors le préfet Toboula a ordonné le déguerpissement de leur installation. Ce qui justifie la présence et la fureur avec laquelle la pêle mécanique rase certaines baraques qui sont toujours sur place. Dès lors, c’est le sauve qui peut dans le rang des occupants de ces baraques. Impuissants face à la pêle mécanique qui ne leur donne aucune chance de sauver quelques meubles, ces "victimes" ne font que proférer des malédictions à l’endroit du préfet Toboula Modeste.

Amir Nabil

aCotonou

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

  1. Cette malédiction ne marchera pas si non qu’elle retournera contre vous mêmes car la démolition de vos baraques autour des écoles est a l’avantages de vos enfants nos enfants futurs cadres du pays Béninois est trop têtu Le Prefet TOBOULA est a l’image de l’autre ex-chef de la Circonscription Urbaine de Cotonou DANDJNOU le barbu que les Soglo ont tout fait pour rendre impopulaire Du courage Mr le Prefet les mânes de nos ancêtres vous protégeront contre les menaces des mauvais citoyens

  2. bon vent au Préfet c’est ce que Dandjinou voulait faire a Cotonou et les Soglo ont préféré lui mettre les bâtons dans les roues Aujourd’hui ou en sommes-nous Lehady Soglo fils L’histoire rattrape toujours

LAISSER UN COMMENTAIRE