Nouvelle saisie de cocaïne (54kg) au Port : Comment la méthode contraste...

Nouvelle saisie de cocaïne (54kg) au Port : Comment la méthode contraste avec l’affaire Ajavon

1
PARTAGER

Encore de la drogue au Port autonome de Cotonou. Après la découverte de 18 kg de cocaïne dans un container destiné à la société Comon Sa vers la fin du mois dernier, les forces de sécurité ont fait le lundi 21 novembre 2016 de nouvelles saisies. Selon le Procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou, BadirouLawani, « il a été découvert dans la journée (lundi dernier, Ndlr) dans un container de sucre en provenance du Brésil, un sac contenant 48 plaquettes de produit suspect d’un poids total de 54 kg. Les premiers tests réalisés révèlent qu’il s’agit de la cocaïne».« Les analyses sont en cours pour confirmer la nature réelle de ce produit au niveau du laboratoire national des stupéfiants et de toxicologie », a-t-il précisé hier mardilors d’un point de presse. Badirou Lawani ajoutera qu’une enquête menée par la gendarmerie maritime etl'Office central de répression du trafic illicite des drogues et des précurseurs (Ocertid) a été lancée« pour interpeler les auteurs de ce trafic et les présenter à la justice dans les plus brefs délais».

Allégresse SASSE

Le Parquet de Cotonou renoue avec les bonnes méthodes

Le dossier des 54 kg de cocaïne sera étudié avec beaucoup de soins. Le point de presse fait hier par le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou devrait rassurer certains citoyens. En décidant de se montrer prudent dans un dossier aussi sensible, le magistrat Badirou Lawani a certainement voulu adopter les bonnes méthodes en évitant de mettre la charrue avant les bœufs comme ce fut le cas dans l’affaire «saisie de 18 kg de cocaïne pure au port». Cette affaire qui impliquait le Patron des patrons béninois a été en effet conduite dans la précipitation. Au lendemain de la découverte des 18 kg de drogue, le commandant de la Gendarmerie maritime avait publiquement affirmé avoir mis la main sur de la « cocaïne pure» alors qu’aucune analyse sérieuse n’avait été réalisée sur le produit saisi. Boris Tchilao avait aussi estimé la valeur de la drogue à près de 9 milliards F Cfa. Une valeur approximative vivement dénoncée par des observateurs avertis. Les mêmes observateurs ont aussi réprouvé les conditions dans lesquelles Sébastien Ajavon avait été interpellé et placé en garde à vue. La gestion de l’affaire « cocaïne pure» est faite de vices de forme. Ce sont des erreurs qui ont dû déteindre sur l’image de la police judiciaire du Bénin. Indubitablement,le Parquet de Cotonou a tiré des leçons. Il veut, enfin, éviter le même micmac en tentant de se rattraper dans le dossierdes 54 kg de cocaïne.

A.S

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE