Nouveau dispositif sécuritaire contre les braquages au Bénin : De hauts gradés...

Nouveau dispositif sécuritaire contre les braquages au Bénin : De hauts gradés de la police relèvent déjà des défaillances

0
PARTAGER

L’opération conjointe menée par la police, la gendarmerie, et certains militaires et qui a permis de démanteler le réseau de malfrats qui depuis quelques temps cambriolent les supermarchés et les banques au Bénin, ne convainc pas certains hauts gradés de la police à la retraite. En dehors des insuffisances qu’ils ont relevées au niveau du nouveau dispositif sécuritaire mis en place par le ministère en charge de la sécurité, ils dénoncent le fait que les forces de l’ordre choisissent de tuer les hors-la- loi au lieu de les arrêter pour qu’ils s’expliquent et qu’ils soient jugés.

Pour certains hauts gradés de la police et de la Gendarmerie, le gouvernement donne l’impression de négliger leurs expériences ou expertises en matière de sécurité ou n’éprouve pas le besoin de les associer ou de les impliquer dans la lutte contre le grand banditisme au Bénin. Or les stratégies mises en œuvre jusque-là ont été de leur avis, infructueuses. Même à la retraite, ils estiment qu’ils sont toujours utiles à la nation et au service de la nation. Ces aînés ou doyens de la corporation tout en approuvant l’implication effective des gendarmes dans la lutte sur ordre du ministre de la sécurité, pour renforcer les actions sur le terrain, dénoncent le fait que ceux qui interviennent, tuent les malfrats. « On doit les prendre vivants ou ne pas les tuer tous pour que certains puissent répondre devant le procureur et bénéficient d’un jugement » ont fait observer les retraités qui semblent douter de la bonne foi des agents et responsables de la police et de la gendarmerie qui ont récemment éliminé le gang qui opère dans les supermarchés et les Banques. Ils déplorent qu’ils soient tous morts et que personne n’a pu les écouter et qu’il n’y a pour le moment aucune preuve que ce sont les vrais auteurs de ces braquages. On n’y retient donc qu’il est nécessaire que les autorités en charge de la sécurité corrigent le tir au risque de faire des victimes innocentes. Les retraités ont aussi insisté sur les renseignements qui selon eux, contribuent à une lutte efficace contre le banditisme et surtout la collaboration des populations qui ont le devoir d’aider les forces de l’ordre à anéantir la pègre afin de garantir une réelle sécurité des personnes et des biens.

Euloge R. GANDAHO

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE