Ministère des enseignements maternel et primaire : Les enseignants aux postes sédentaires...

Ministère des enseignements maternel et primaire : Les enseignants aux postes sédentaires grognent

0
PARTAGER

C’est la dernière note de service prise par l’autorité ministérielle vendredi dernier et qui les oblige à retourner à la craie après leurs examens professionnels  contrairement à la pratique et surtout au grand dam de leur état de santé, qui a amené les enseignants aux postes sédentaires du Ministère des enseignements maternel et primaire (Memp) à crier leur ras le bol.

Est enseignant aux postes sédentaires, tout enseignant qui souffre d’un mal ou dont les conditions sanitaires ne permettent pas de rester à la craie. Ainsi ces enseignants bénéficient de certaines conditions de travail et sont d’office affectés dans les bureaux. Tout en étant dans les bureaux, il arrive que ces enseignants passent leurs examens professionnels sur le terrain puis retournent à leurs postes sédentaires. Mais il se fait que depuis ce vendredi 25 mars 2016, cette catégorie est condamnée à retourner à la craie. Environ 100 enseignants aux postes sédentaires sur toute l’étendue du territoire national pourraient retrouver les salles de classe. Cette situation n’est pas du goût de Charlemagne Mehou-Loko et de ses collègues venus de plusieurs localités ce mardi 29 mars 2016 pour rencontrer l’autorité ministérielle. A en croire Charlemagne Mehou-Loko, porte parole des enseignants aux postes sédentaires, il se fomente un coup contre les acquis de cette catégorie d’enseignants. Contrairement à ce que la pratique recommande, il est décidé dans cette fameuse note de service que les enseignants qui veulent passer leurs examens professionnels soient mis  à la disposition des Directions départementales des enseignements maternel et primaire, (Ddemp) qui se chargent de leur attribuer les écoles. Comme si cela ne suffisait pas, ils sont tenus après les examens professionnels de continuer dans ces écoles au lieu de retourner à leurs postes sédentaires.  Pour Charlemagne Mehou-Loko, cette décision qui n’a pas reçul’assentiment de la ministre est l’œuvre de son entourage et de certains responsables syndicaux dudit Ministère qui travaillent pour les faire remplacer au profit des leurs. Des actions plus coriaces sont envisagées dans les jours à venir par ces enseignants pour réclamer leur droit, a-t-il confié à la presse.

Les explications du porte parole

…..La situation qui nous concerne est vraiment dramatique. En fait, pour arriver aux postes sédentaires, c’est que soit, tu souffres d’un mal ou soit, les conditions sanitaires ne sont pas bonnes pour que tu puisses rester a la craie. Pour évoluer dans notre métier, nous devons passer les concours professionnels tout comme les administratifs. Depuis les temps anciens, quand un enseignant est détaché aux postes sédentaires, il va composer quand le moment des examens professionnels arrive. Il y va pour faire la pratique quand il réussit à son examen puis revient à son poste. Beaucoup de gens qui sont dans les Ddemp et les ministères ont pris par là. En la matière, il n’y a pas de textes mais la jurisprudence compte. A notre grande surprise, on est admis pour l’écrit du Ceap, du Cap pour la majorité et on doit passer les examens professionnels. Le vendredi 25 mars 2016,  on nous fait sortir une note dans laquelle, on nous dit que c’est une  mutation et on a cité tous les agents qui doivent passer la pratique et en bas de ladite note, on dit que ces agents qui sont en postes sédentaires sont affectés dans les DDEMP et ces DDEMP sont chargés    de leur attribuer une école. Le comble, c’est que, à la fin de leur pratique, ils sont tenus de rester dans lesdites écoles et non à leurs postes sédentaires. D’après nos recoupements certains responsables sont entrain de nous faire remplacer par les leurs. Le ministre est contre, mais son entourage et certains responsables syndicaux du ministère sont a la base de ce scandale. Il paraît que cela doit commencer un jour parce qu’il n’y a pas de textes en la matière. Nous sommes là ce jour pour rencontrer la ministre. Nousexigeons la suppression de cette note….

Kola Paqui

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE