Migration et développement:La presse envoyée en mission

Migration et développement:La presse envoyée en mission

0
PARTAGER

Les professionnels des médias du Bénin étaient, une nouvelle fois, à Bohicon le jeudi 14 avril 2016 pour la deuxième session d’échange sur la thématique « Migration et développement ». Cet exercice, le dernier de la série, fait de ces hommes des médias des acteurs d’intervention dans leurs communautés respectives.

La fuite des cerveaux, le gaspillage des cerveaux, le recrutement des cerveaux, la circulation des cerveaux sont des implications réelles des mouvements migratoires sur la planète. L’absence de reconnaissance des compétences à l’interne ainsi que la démission de certains Etats d’offrir des cadres d’insertion adéquats à leurs citoyens font prendre des risques à ces candidats à la migration. Si dans certains cas, le sujet s’en sort dans son pays d’accueil, plusieurs autres expériences sont périlleuses et aboutissent soit à des rapatriements ou à des décès. Certains sujets, pratiquement dessouchés de leurs pays d’origine, refusent de rentrer en dépit des misères que leur fait subir l’Etat d’accueil. Les chances d’une réintégration réussie dans son pays d’origine sont quasi minces et l’individu en ballotage se trouve contraint de vivre l’enfer jusqu’au bout. Une fois encore, la responsabilité des Etats, selon l’avis général, est engagée. Au cours des échanges, les participants ont identifié les politiques à mettre en œuvre pour faciliter l’intégration de l’étranger, mais surtout la réintégration du compatriote rapatrié ou esclave dans son pays d’accueil. L’autre défi, c’est comment faire pour faciliter les transferts de compétences au niveau des nombreux compatriotes qualifiés qui sont pratiquement contraints de ne servir que leurs pays d’accueil. Les enjeux sont importants. Le constat général au soir de ces échanges est que la thématique ‘’migration et développement’’ est un vide parfait, un domaine sans encadrement juridique adéquat au niveau des Etats. La mission sera donc, pour chaque acteur impliqué dans ce processus, de militer en faveur d’une prise de conscience collective autour de ces thématiques. Pour le Directeur de l’Ong Enfants solidaires d’Afrique et du monde Norbert Fanou Ako, la route est longue et sans doute difficile. Il a exhorté les participants à servir de relais efficaces afin d’aider à engager des actions qui sauvent les migrants et impulsent le développement des nations.

HA


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE