Matérialisation du dialogue interreligieux et interculturel par la construction d’un ...

Matérialisation du dialogue interreligieux et interculturel par la construction d’un dispensaire-maternité à Sèmè-Podji

0
PARTAGER

Chrétiens, musulmans, adeptes des religions endogènes toutes obédiences confondues, réunis dans un même creuset, ont décidé d’ériger un dispensaire-maternité à Kpoguidi dans la commune de Sèmè-Podji. Une action qui s’inscrit dans le cadre du renforcement du dialogue interreligieux et interculturel, gage de préservation de la paix.

Dans son speech, l’honneur est revenu au Révérend Pasteur Nicodème Allagbada d’exposer le contexte dans lequel s’inscrit l’acte que pose le creuset interreligieux à savoir construction d’un dispensaire-maternité à Kpoguidi dans la commune de Sèmè-Podji.

Pour le Révérend pasteur «Les nombreux trafics illicites qui se déroulent à Kpoguidi (localité située non loin du Nigéria) fait de ce village, une véritable poudrière chargée d’électricité, la moindre étincelle est capable d’entrainer à tout moment une dramatique conflagration ».

Pour ce faire, il vaut mieux chercher à désamorcer cette bombe à retardement par un dispositif visant à promouvoir "le vivre ensemble" et la construction du dispensaire–marternité à Kpoguidi dans la commune de Sèmè-Podji en est un.

Le Révérend Pasteur Nicodème Allagbada a indiqué que pour le moindre problème de santé, les populations de ce village sont obligées de traverser la frontière du côté du Nigéria ou parcourir plusieurs kilomètres sur ce territoire national dans des conditions difficiles pour se faire soigner. Dans un tel contexte, explique-t-il, la question de sécurité se pose avec acuité.

Quant au professeur Albert Tévoedjrè, il n’a pas manqué à cette rencontre de tirer la sonnette d’alarme en mettant l’accent sur les dangers qui guettent lorsqu’il n’y a pas la paix dans un pays. Il a expliqué qu’il faut donner priorité aux actions communes de développement érigées et gérées par des groupes interreligieux et interculturels pour consolider les acquis de paix.

Signalons que la philosophie de ce projet de construction intitulé " la paix par un autre chemin " est de mettre à disposition des populations les besoins pressant de développement, la réalisation concrète d’infrastructure socio communautaires. Le but à la longue de ce projet est de doter chaque commune, chaque arrondissement, chaque portion géo spatiale du territoire national du "minimum social commun" de manière à la soustraire progressivement, mais de façon irréversible, à l’emprise des entreprises terroristes qui font de la pauvreté leur terreau de prédilection.

La coopération japonaise appuie ce projet.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE