Marche de protestation des appelés au service militaire : Le gouvernement renvoie...

Marche de protestation des appelés au service militaire : Le gouvernement renvoie les manifestants aux concours

0
PARTAGER

(Mécontents, ces derniers menacent de durcir le ton)
Six semaines après leur première marche de protestation, les appelés démobilisés du service militaire d’intérêt national (Smin) étaient à nouveau dans les rues hier, mardi, 20 septembre 2016. Laissés pour compte depuis 2007, ils ont battu le macadam de la place de l’Etoile rouge au ministère de la Fonction publique pour exiger leur réinsertion. Alors qu’ils s’attendaient à être rassurés par le gouvernement, ils ont été simplement invités à s’apprêter pour les prochains concours d’entrée à la fonction publique…

« L’Etat n’est pas une continuité dans la réalisation des fausses promesses, le gouvernement actuel est dans la dynamique du réalisme. Tout ce qu’on peut vous dire est que nous préparons actuellement les concours et vous devrez commencer à vous apprêter  pour y prendre part.» C’est en ces termes que le Directeur de cabinet du ministère de la fonction publique, Vidéhouénou David s’est adressé aux manifestants. « A 45ans, je ne peux plus passer un concours », rétorquaient les appelés au service militaire qui, affirment être désormais prêts à tout pour obtenir gain de cause. Si pour le Directeur de cabinet, le principe d’égale accessibilité à la fonction publique ne permet pas au gouvernement de recruter ces derniers, le Sg/Cstb Paul Essè Iko pense que le nouveau départ doit se démarquer et corriger les injustices à eux faites. Habillés en rouge avec des banderoles au front, des pancartes et branchages en main, ils ont exprimé leur mécontentement et désarroi en scandant des slogans hostiles. Pouvait-on lire sur les pancartes :« Nous ne voulons pas devenir des braqueurs professionnels », «le Smin n’est pas égale à la misère ». Se disant victimes de duperie par le gouvernement depuis plusieurs années, ces appelés du service militaire du secteur de l’enseignement vivent dans la précarité pendant que leurs collègues  du secteur de la santé ont été reversés.

Prenant la parole, le porte-parole du Collectif a dénoncé une injustice avant d’exiger leur réinsertion sans condition ni délai avec rappel de salaires, le paiement des primes de démobilisation et autres droits, le dédommagement des familles des victimes du service militaire d’intérêt national, l’audit de toutes les structures militaires et civiles qui sont intervenues dans l’organisation du service militaire.

A.B


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE