Mairie de Porto-Novo:Les agents de la collectivité locale en colère

Mairie de Porto-Novo:Les agents de la collectivité locale en colère

0
PARTAGER

Retard dans le paiement des salaires, non-paiement de certaines primes spécifiques aux agents de la collectivité locale, du personnel et des agents occasionnels, non- paiement des primes dites de sevrages aux agents admis à la retraite. Voilà, entre autres, les revendications que les agents de la Mairie de Porto-Novo formulent à l’endroit de la recette-perception d’Attakè. Ce qui d’ailleurs les a fait sortir dans les rues de la capitale du Bénin. Ils ont battu le macadam, en prenant le départ de l’hôtel de ville jusqu’à la recette-perception d’Attakè, où ils ont été accueillis par une horde de policiers et de gendarmes qui gardaient clos les bureaux de la recette-perception. Le receveur a habilement évité la fronde des manifestants, en vidant les lieux avant l’arrivée de ceux-ci. Très fâchés, les manifestants ont proféré des menaces et des insultes, à l’endroit du receveur Hermann Adoto, qu’ils ont traité de tous les noms d’oiseaux.

Ils ont bénéficié du soutien de Joseph Aïmassè, représentant le Secrétaire Général de la Cstb, Paul EssèIko. C’est dans une ambiance surchauffée que les manifestants, chantant et dansant, ont refusé de donner lecture de leur motion. Des dires des manifestants conduits par Kété Francine, secrétaire général de Synacol-Bénin, session Ouémé-plateau, la situation est préoccupante, et plusieurs démarches, ont été déjà menées, en direction du Maire Emmanuel Zossou en vue du règlement de la situation. Mais rien n’a changé. Ce dernier rejette le tort sur le receveur-percepteur qui, à son tour, lance la balle dans le camp de la mairie qui serait à la base d’un certain nombre de disfonctionnements. Le receveur Hermann Adoto, de son côté, se défend et estime que les documents financiers qui lui parviennent sont souvent erronés. Les manifestants, très en courroux, ont promis revenir à la charge le mardi prochain.

Martin Aïhonnou (Coll)

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE