Lutte contre l’insécurité au Bénin : La communauté des affaires apporte sa...

Lutte contre l’insécurité au Bénin : La communauté des affaires apporte sa touche

0
PARTAGER

Les opérateurs économiques se préoccupent de l’insécurité grandissante au Bénin et entendent désormais contribuer à la traque des malfrats. Au cours d’un atelier de formation initié à ce titre par la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), vendredi 1er juillet 2016, il a été décidé des actions conjointes avec les ministères du commerce et de la sécurité publique en vue d’assurer la quiétude de tous. C’était en présence des ministres Lazare Séhouéto et Sacca Lafia.

A en croire le président de la CCib, Jean-Baptiste Sachivi, il n’est point normal que les richesses des opérateurs économiques volent en éclats pour des raisons d’insécurité. Le contexte étant délétère, selon lui, expose et interpelle tous les citoyens béninois. C’est donc à ce titre que la nation économique s’engage désormais à aider la police, les forces de sécurité et le gouvernement à mieux assurer la sécurité des biens et des personnes. La coproduction de la sécurité est donc impérative pour sortir des écueils. Ainsi, une série de séances de sensibilisations des opérateurs économiques est prévue pour démarrer ce jour, lundi 04 juillet 2016. Jean-Baptiste Satchivi a, par la suite, lancé un appel aux décideurs politiques et au gouvernement afin que les différentes unités de l’armée soient dotées des moyens et formations adéquates pour plus d’efficacité sur le terrain. A sa suite, le ministre du commerce, Lazare Séhouéto a exhorté les hommes d’affaires au respect des textes pour garantir leur sécurité et celle de leurs biens. S’expliquant, il a confié que la manipulation d’argent ainsi que le port sur soi de fortes sommes d’argent sont interdits par la loi. Les services bancaires sont recommandés pour éviter de s’exposer à des risques d’attaques et de vol. « Les opérateurs économiques ignorent ces lois dont les dispositions nous mettent à l’abri du danger. Une bonne partie du problème serait réglée si les lois sont respectées », a-t-il clarifié. Il a tenu toutefois à rassurer les populations des mesures prises pour combattre l’insécurité. « On n’est pas en guerre ! Les activités se déroulent normalement. Il n’y a pas de panique ! »,a-t-il laissé entendre. Pour le ministre de l’Intérieur, Sacca Lafia, ces violences et criminalités ne sont point d’origine politique ni religieuse ou encore ethnique. L’époque où seuls les hommes en uniforme sont chargés d’assurer la sécurité est révolue, selon l’autorité ministérielle. Il a, par ailleurs, souligné que les propriétaires de biens doivent aider la police à avoir des indices pour mieux traquer les malfrats. La procédure d’enregistrement des numéros de téléphones pourrait être reprise, selon ses dires, cette fois-ci avec des empreintes digitales et photos. Pour finir, il a exhorté à combattre l’insécurité par un changement de comportements.

Aziz BADAROU


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE