Lutte contre le terrorisme : Cotonou met en œuvre son plan anti-terroriste

Lutte contre le terrorisme : Cotonou met en œuvre son plan anti-terroriste

0
PARTAGER

Le Bénin n’est pas à l’abri des attaques et menaces terroristes. Et ces réseaux terroristes qui frappent dans la sous-région, ne laissent pas indifférentes les populations de Cotonou et environs. Si la panique, d’une manière ou d’une autre, se généralise dans le rang des citoyens béninois, les autorités, quant à elles, s’activent à mettre en œuvre des mesures préventives. C’est d’ailleurs dans cette logique que s’inscrit le nouveau plan anti-terroriste élaboré par le gouvernement et dont la mise en exécution a démarré depuis peu à Cotonou et environs.

Désormais dans les hôtels, c’est la veillée d’arme. Un tour dans quelques complexes hôteliers de la ville de Cotonou nous a permis de nous rendre à l’évidence de ces nouvelles mesures instaurées pour faire face aux menaces terroristes. A l’entrée de Bénin Marina hôtel, des clients se font minutieusement contrôler par les agents de sécurité civile assistés des forces de l’ordre lourdement armées. Sacs et poches sont passés au tamis avec des appareils sophistiqués. C’est un exercice obligatoire avant de traverser la guérite dudit hôtel. Le contrôle s’étend également jusqu’aux véhicules, soumis à une fouille plus rigoureuse. Des bâches à l’intérieur des voitures, tout est désormais passé à la loupe. L’objectif est de détecter et de mettre hors d’état de nuire tout porteur d’explosifs, de bombes et tous autres moyens de destruction massive qui pouvaient porter atteinte à la sécurité des usagers de cet hôtel. A en croire quelques flics approchés, c’est à ce même exercice que sont soumis les clients et autres visiteurs des autres centres hôteliers de Cotonou. Au Novotel Orisha de Cotonou, le contrôle à l’entrée est encore plus rigoureux. Motocyclistes, conducteurs de véhicules et piétons sont fouillés à l’entrée comme à la sortie. Ces mesures s’étendraient même déjà dans les grands hôtels de Porto-Novo et de Parakou, selon un riverain de Novotel Orisha. Selon les explications de quelques agents de sécurité, les fouilles systématiques à l’entrée des hôtels résultent de la détermination des autorités à lutter contre le terrorisme qui sévit dans la sous-région. Certains clients conditionneraient, selon eux, leur séjour dans les hôtels à la sécurité. Ils auraient donc peur que des terroristes y viennent exploser leurs bombes. Avec ces nouvelles mesures de protection accrue du pays contre le terrorisme, les hôtels au Bénin sont sous haute surveillance. Toutes les dispositions sont prises pour traquer les réseaux terroristes dans les hôtels.

La contribution des parents d’élèves….

Pendant qu’on s’active à verrouiller les complexes hôteliers, les parents d’élèves sont appelés à surveiller leurs enfants comme du lait sur le feu, afin qu’ils ne fassent pas objet d’enlèvement de la part des milieux terroristes. Tout enlèvement ou tentative d’enlèvement devra être impérativement et immédiatement signalé aux forces de sécurité. Sachant que les enlèvements sont l’une des méthodes des réseaux terroristes, il y a des parents d’élèves qui sont sur le qui-vive. « Ne parlez à personne et allez directement à l’école. Ne montez jamais sur la moto ou dans le véhicule de qui que ce soit, parce qu’il y a des spécialistes d’enlèvement de mineurs maintenant au Bénin. Même si vous le connaissez, refusez… », avertissent désormais les parents d’élèves. Pour beaucoup, la proximité du Bénin avec le Nigéria n’épargne pas le Bénin des affres des réseaux terroristes. Il faudra donc donner des consignes de vigilance aux enfants et aux jeunes. Dans les rues de Cotonou et environs, certains enfants s’abstiennent même de saluer de peur d’être enlevés par des réseaux terroristes. Au niveau des frontières, la fouille est automatique. Les véhicules, en provenance du Nigéria, sont passés au scanner. Tout objet, menaçant la sécurité des populations, est rapidement appréhendé. Ces nouvelles dispositions sécuritaires ont déjà conduit à la saisine, l’interception de plusieurs quantités de drogue et d’armes de guerre. Le Bénin est donc en état d’alerte maximale, puisque les réseaux terroristes font déjà la pluie et le beau temps au Niger, au Mali, au Nigéria et même au Burkina-Faso.

Aziz BADAROU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE