Lutte contre la criminalité faunique:La Gendarmerie de Dassa-Zoumè épingle 48 trophées

Lutte contre la criminalité faunique:La Gendarmerie de Dassa-Zoumè épingle 48 trophées

0
PARTAGER

La Brigade de Gendarmerie de Dassa-Zoumè apporte sa contribution à la lutte contre la criminalité faunique au Bénin. Avec l’accompagnement du projet Appui à l’application des lois sur la faune et la flore (Aalf-Bénin), 4 présumés trafiquants d’espèces animales menacées d’extinction ont été arrêtés dans la matinée du jeudi 25 février 2016. Au moment de leur capture, ils détenaient sur eux environ 48 trophées.

Il s’agit entre autres de15 sitatunga, 10 genettes tigrines, 2 peaux, 1 os d’éléphant, 1 morceau d’ivoire, 1 mâchoire d’éléphant, 6 os de côtes d’éléphant, 3 paires de dents de phacochère, 2 petits peaux de jeunes python sebae ; des espèces protégées par la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages (Cites) dont le Bénin fait partie et la loi nationale sur la faune. Conformément aux dispositions desdits textes, les prévenus doivent répondre de leurs actes devant la justice. Selon les dispositions de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant Régime de la faune en République du Bénin. En son article 154, elle stipule qu’est puni d’une amende de 300 000FCfa à 800 000FCfa et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans, quiconque : chasse ou capture des animaux sauvages sans les permis ou dans les lieux interdits en excédants des latitudes d’abattage ou de capture autorisée, en utilisant des armes, moyens ou engins prohibés, ou sans assurance lorsque celle-ci est obligatoire ;chasse des femelles en gestation, des animaux suités ou jeunes ; ramasse des œufs ou détruit des nids d’animaux sauvages dans les zones protégées. La même sanction est valable à toute importation, exportation, réexportation ou commercialisation d’animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis ; destruction, endommagement ou disparition des produits de la faune qui ont été appréhendés en situation irrégulière ; et élevage d’animaux sauvages en infraction à la présente loi et à ses textes d’applications. Ces cas d’arrestation répétés par le Ministère de l’intérieur, de l’environnement et de la défense nationale montrent le ferme engagement et la réponse du Bénin auprès de ses pairs à en découdre avec ces individus qui décident de porter atteinte à la préservation de la faune et de garantir la quiétude des paisibles populations.

SA

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE