Les employés de Sébastien Ajavon hausse le ton

Les employés de Sébastien Ajavon hausse le ton

2
PARTAGER

Le collectif des employés du Groupe Cajaf-comon-socotrac a organisé dans la matinée de ce jeudi 1er décembre 2016 une conférence de presse pour dénoncer la suspension du terminal à conteneurs, synonyme de suspension de milliers d’emplois directs et indirects. Les conférenciers qui ont reçu le soutien de plusieurs secrétaires généraux des confédérations et centrales syndicales exigent du directeur général des douanes l’annulation de la suspension du terminal à conteneurs et de l’agrément de la société Socotrac. Lire ci-dessous leur déclaration.

Déclaration du collectif des employés du groupe Cajaf-comon-socotrac

Bourse du travail de Cotonou, le 1er Décembre 2016

Travailleurs béninois et chers compatriotes !

Au début de cette année 2016 un immense espoir a réunit le peuple autour de la coalition dite de la rupture à laquelle a ardemment participé M. AJAVON Sébastien Germain, chef d’entreprise chevronné, reconnu par ses pairs pour son dynamisme et par les populations pour ses nombreuses œuvres sociales.

Nous y avons cru et nous nous sommes mis ensemble avec toutes les filles et tous les fils de ce pays pour l’avènement d’un ordre nouveau.

Huit mois seulement après, le ciel s’est assombrit suite à l’arrestation rocambolesque de notre employeur et trois de nos collègues. C’est dans une affaire dite de découverte de cocaïne pure qui nous laisse indignés et révoltés. Malgré les décisions de justice qui démontrent à suffisance un montage grossier et honteux, nos entreprises subissent un acharnement grotesque de la part de certains responsables administratifs pourtant censés les protéger.

Comment comprendre que des quantités de « cocaïne pure », jamais découvertes auparavant, se retrouvent miraculeusement au Port de Cotonou dans un des conteneurs destinés au groupe CAJAF-COMON-SOCOTRAC ?

Comment comprendre que les coupables ne soient toujours pas identifiés et sanctionnés ?

Comment comprendre que malgré la décision de justice, le Directeur Général des Douanes et Droits Indirects se réfère à un prétendu procès verbal de découverte pour suspendre successivement notre terminal à conteneurs puis l’agrément accordé à la société SOCOTRAC ?

Comment comprendre que dans un contexte socio-économique difficile le Directeur Général des Douanes et Droits Indirects se permet d’envoyer au chômage direct des milliers de travailleurs innocents qui ne demandent qu’à s’occuper tranquillement de leurs familles ?

Comment comprendre la misère faite au premier contributeur aux recettes douanières alors que ces dernières connaissent une baisse drastique ?

Pour nous autres, employés du groupe CAJAF-COMON-SOCOTRAC, l’essentiel doit être la préservation des emplois, des libertés individuelles et collectives acquises de hautes luttes par les travailleurs.

Suspendre le terminal à conteneurs est synonyme de suspension de milliers d’emplois directs et indirects

C’est pourquoi nous venons solennellement ce jour :

Prendre le peuple béninois tout entier à témoin de la mise en œuvre flagrante d’un plan ostensible ourdi par des mains de plus en plus visibles contre Sébastien AJAVON et les travailleurs de ses différentes sociétés.

Nous insurger contre un assassinat économique visiblement programmé.

Exiger du Directeur Général des Douanes et Droits Indirects l’annulation immédiate de la suspension du terminal à conteneurs et de l’agrément de la société SOCOTRAC

Exiger la sécurité et la protection de tous les investisseurs béninois et étrangers créateurs d’emplois.

Nous saisissons cette occasion pour exiger du Président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) la réouverture sans condition des chaînes Sikka TV, radio Soleil FM et de tous les autres médias arbitrairement suspendus.

Enfin, nous :

Appelons au sens de responsabilité du Président de la République, le Président Patrice TALON dont le souci premier devrait être la préservation de la paix, de la quiétude, de l’union et du progrès des filles et des fils de ce pays ;

Invitons à la vigilance, toutes les forces sociales pour que plus jamais l’arbitraire ne prévale dans notre pays.

Remercions toutes les organisations syndicales et les membres de la société civile pour leur soutien spontané.

Remercions également les travailleurs qui ont compris que seul le peuple est souverain et détenteur du pouvoir véritable.

Vive le Bénin et vive la démocratie !

Nous vous remercions.

aCotonou

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. mon peuple meurt faute de connaissances. De jour en jour on se rend compte que les que nous sommes, pour un bouché de pain, somme prêt à descendre dans les rues pour défendre l’indeffendable. que voulons nous au Bénin?
    l’impunité ?
    ou bien l’injustice ?
    ou encore une justice sélective?
    Il faut qu’un jour qu’on en arrive là. si nous somme d’accord qu’ont ne peut pas avoir un état de droit sans la justice et les institutions que nous avons nous même choisir, alors laissons les faire les travail. Si vous êtes convaincu des valeurs démocratiques et épris de la justice, vous n’avez besoin de crier haut et fort pour qu’on puisse vous entendre. N’amènons plus nos nos dirigeants à intervenir pour en valeur de tel ou tel sous aucun prétexte. Même si l’individu s’appelle Sébastien ADJAVON. Si nous avons le sentiment qu’une injustice est commise contre sa personne ou ses intérêts, saisissez la justice et donné lui vos preuves.
    ce qu’a ces conditions que nous finir avec tous ces dérapages que nous avons toujours dénoncée au Bénin. mettre la justice devant ses responsabilités.

LAISSER UN COMMENTAIRE