Le Pcb à propos du processus électoral :« La suspension du Cos-Lépi ne résout...

Le Pcb à propos du processus électoral :« La suspension du Cos-Lépi ne résout pas les problèmes créés »

0
PARTAGER

Le Parti communiste du Bénin rompt le silence sur le balayage du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée par la Cour constitutionnelle. Pour le Pcb, la suspension du Cos-Lépi ne résout pas les problèmes créés puisque Ahouanvoébla et son équipe étaient en mission. Lire la réflexion rendue publique le 16 février 2016.

Par décision Dcc 16-044 du 11 février 2016, la Cour constitutionnelle a sorti « impérativement et immédiatement le Cos-Lépi du processus de production et de distribution des cartes d’électeur ».

Cette décision fait suite à une autre par laquelle la Cour constitutionnelle, constatant l’impossibilité d’avoir à temps les cartes d’électeurs, avait autorisé l’utilisation simultanée des anciennes et des nouvelles cartes, avec tous les risques évidents de fraudes et de tripatouillages qui en découlent.
La faillite et l’incompétence du Cos-Lépi étaient si évidentes que la Cour constitutionnelle ne pouvait qu’entendre la clameur publique qui poursuivait ce comité et son chef Ahouanvoébla. C’est chose faite et l’on peut dire que ce n’est pas trop tôt. Mais Ahouanvoébla et son équipe ne sont pas les seuls fautifs ; ils étaient en mission.

Alors que la population n’a fait aucune revendication en ce sens, qui a décidé de changer les cartes d’électeurs ? Boni Yayi. Qui contrôle et fait mouvoir les membres du Cos-Lépi ? Yayi et Houngbédji. Qui a fait décider par exemple de la dissolution en septembre 2015 du Cnt (Centre national de traitement) par le Cos-Lépi de Ahouanvoébla (alors que l’Agence nationale de traitement, Ant, n’est pas encore installée) afin de s’accaparer, aux fins de fraude, de la production et de la distribution des cartes d’électeurs ? Yayi, Houngbédji, Komi Koutché. Qui finance avec les fonds publics, à temps et à contretemps les activités du Cos-Lépi ? Yayi, Lionel Zinsou et Komi Koutché. Qui a promis le K.o et a intérêt à créer le chaos aux fins de pêcher tranquillement en eaux troubles ? Boni Yayi, Adrien Houngbédji, Komi Koutché, Léhady Soglo.

La suspension des activités du Cos-Lépi arrive bien tard et ne résout pas les problèmes créés, n’absout pas les crimes commis : deux milliards encore envolés, volés, un chaos créé où les nouvelles cartes ne seront jamais prêtes et distribuées, des milliers de gens seront empêchés de voter, tandis que des votes multiples par ou sans procuration seront opérés grâce à des centaines de milliers de cartes (anciennes comme nouvelles) fabriquées et non distribuées. Les crimes sont là : économiques et politiques, créés par la gloutonnerie et l’apatridie. Ahouanvoébla coupable n’est qu’un sous-fifre. Les responsables et bénéficiaires sont : Yayi, Houngbédji, Koutché, Léhady Soglo.

Ces messieurs, à l’instar de leur candidat de la recolonisation Lionel Zinsou, sont disqualifiés pour présider aux destinées de ce pays qu’ils ont trahi. Et la Cour constitutionnelle dirigée par Holo s’est révélée incapable de sanctionner ces comploteurs qui mettent en danger la souveraineté de notre pays, la quiétude et la sécurité de ses citoyens. C’est pourquoi nous déclarons Boni Yayi, Adrien Houngbédji, Léhady Soglo et leur sous-fifre Ahouanvoébla, politiquement faillis, pour avoir introduit le nouveau colon Lionel Zinsou et comploté pour l’imposer par la fraude à la tête de notre pays, à jamais disqualifiés pour diriger des institutions de la République. La Cour constitutionnelle a été incapable, dans ses décisions de dénoncer ce complot et ces crimes et s’emmêle dans des décisions confuses et grosses de dangers pour le Bénin.
Peuple du Bénin, tu es en train d’accomplir des prouesses et d’écrire de belles pages d’histoire. Tu viens de démontrer à la face du monde entier que l’agent français Lionel Zinsou est politiquement persona non grata au Bénin. Les commanditaires et soutiens sont eux-mêmes convaincus que seules des fraudes massives peuvent masquer son naufrage et, toi, tu es debout, prêt à combattre la fraude. Aujourd’hui, tu es déjà dans les rues pour exiger la nouvelle carte d’électeur pour tous et dénoncer les fraudeurs et les comploteurs ; Bravo !
Tu peux et dois mieux faire. Il ne s’agit pas seulement de balayer les empreintes des pas avec lesquels Lionel Zinsou a politiquement souillé la terre de nos aïeux mais sanctionner sévèrement les traîtres et apatrides qui l’ont fait entrer. Ces messieurs (Yayi, Houngbédji, Léhady, Zinsou, Ahouanvoébla, Koutché) ne sont pas à leur dernière fraude, leur dernier complot. Il faut les mettre définitivement hors d’état de nuire en les déclarant faillis et incapables à jamais de gouverner ce pays en organisant les Etats généraux du peuple pour un nouveau pouvoir et une nouvelle gouvernance.

Cotonou, le 16 février 2016

Le Parti communiste du Bénin

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE