Le drame de Tori-Avamè refait surface dans les quotidiens béninois

Le drame de Tori-Avamè refait surface dans les quotidiens béninois

0
PARTAGER

Les premières mesures administratives prises par le gouvernement, une semaine après le drame de Tori-Avamè qui a coûté la mort à plusieurs personnes et près d’une centaine de blessés, font les choux gras des quotidiens béninois parus ce jeudi.

«Drame de Tori : les sanctions tombent; le commissaire de police et le commandant de brigade de Tori ainsi que le chef dépôt douane du port de Cotonou limogés », titre en manchette Fraternité qui signale que le gouvernement a décidé d’accélérer l’enquête judiciaire pour dégager les responsabilités pénales.

«Le gouvernement prend les sanctions», ajoute la Presse du jour soutenu par la Nouvelle Tribune qui rapporte qu’il y a eu «Les premiers limogeages dans l’affaire de Tori».

«L’incendie de Tori brûle déjà des postes », ironise le Progrès.

«Le drame de Tori emporte des gradés de la police et de la gendarmerie nationales», jubile Le Matinal qui croit savoir que le promoteur du site est dans le collimateur de la justice.

« Patrice Talon sévit, des responsables policiers et gendarmes sautés », renchérit Matin libre qui rappelle que le bilan rendu public par le gouvernement à la date du mercredi 14 septembre fait état de 17 morts et plus de 90 blessés.

Au nombre des décisions prises en conseil des ministres mercredi, figure la nomination d’un nouveau chef d’Etat-major général des armées. Et cette information est relayée par la majorité des quotidiens sans toutefois révéler le profil du nouveau patron de l’armée béninoise.

«Awal Nagnimi à la retraite, Laurent Amoussou prend le commandement de l’armée béninoise», annonce de façon laconique La Priorité.

En remplacement du général de brigade Awal Bouko Nagnimi appelé à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 1er octobre prochain, le Conseil des ministres a décidé de la nomination d’un nouveau chef d’état-major général à la tête des Forces armées béninoises (Fab). Il s’agit du général de brigade Laurent Amoussou, renseigne la Nation.

«Incendie du marché Dantokpa: le difficile relogement des sinistrés », écrit par ailleurs La Nation.

Selon le journal, après l’incendie du 31 octobre 2015 qui a ravagé plus de 700 places au marché Dantokpa, l’heure est depuis lundi 22 août dernier, aux derniers préparatifs pour la réinstallation des sinistrés. Mais ce travail, selon le quotidien du service public, ne s’annonce pas du tout aisé, au vu du constat effectué sur place et à la Société de gestion des marchés autonomes (Sogema).

Dans l’arène de l’éducation, les confrères de la Nation s’intéressent à la qualité de l’offre éducative qui est selon leur analyse compromise avec le déficit chronique de salles de cours et de mobiliers et les effectifs pléthoriques d’apprenants.

Le journal révèle dans un long dossier consacré au sujet que «les censeurs éprouvent d’énormes difficultés à élaborer les emplois du temps et les responsables des lycées et collèges sont obligés de recourir au système des classes volantes au gré des intempéries et des flottements dans les activités pédagogiques ».

Conséquence, fustige le journal, la qualité de l’offre éducative reste compromise et le Borgou et l’Alibori tiennent souvent la lanterne rouge au classement annuel des départements après les résultats des examens de fin d’année.

DJ/cat/APA

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE