La catastrophe du CEP 2016: Les vraies raisons de la débâcle aux...

La catastrophe du CEP 2016: Les vraies raisons de la débâcle aux examens

0
PARTAGER

L’examen du certificat d’études primaires, le CEP de cette année a rendu son verdict depuis mercredi de la fête de l’Aïd el Fitr, c’est-à-dire le Ramadan, avec un taux de réussite problématique. Ce qui est contre toute attente, une contre performance dans un environnement pourtant apaisé et sans les effets pervers de débrayages.

39,26%, c’est le taux de réussite engendré au bout des peines des acteurs de l’enseignement primaire au Bénin. Une première ? Peut-être ! L’enseignement durant toute cette année scolaire 2015-2016 n’a accouché que de ce taux famélique au désespoir des parents, à la déception des autorités en charge du sous-secteur et au déshonneur des enseignants dans leur immense majorité. Les « efforts » pour donner un sens a tout ce qui s’y est fait sont vains, du moins récompensés à ce faible taux qui désole. Et pourtant, l’année paraît la moins agitée à cause de la quasi absence des mouvements de débrayage.
Les syndicalistes n’ont pu avoir l’occasion de revendiquer parce qu’il y a eu l’élection présidentielle qui a focalisé toutes les attentions pendant des jours, des semaines, des mois. Peut-être que le jeu et l’enjeu de cette échéance ont aussi joué sur ce rendement à polémique. Les maitres, autrefois les seigneurs des écoles et artisans de l’homme de demain, ont certainement troqué leur manteau contre les vétilles électorales ; ils se sont occupés à la chose, comme leur chose, sans le moindre souci de l’école. On ne saurait d’ailleurs leur en vouloir car le jeu en valait la chandelle.
Il y a aussi le fait que les enseignants, par souci de terminer les programmes, ont expédié les cours dans une précipitation très préjudiciable, sans s’assurer nécessairement de la qualité d’assimilation et de compréhension des apprenants. La masse de cours déversée en un temps record sur âmes fragiles et très sensibles n’a pu être assimilée convenablement par ces apprenants en quête du premier sésame de leur vie. Le calendrier scolaire mal conçu, n’a pu lui aussi être couvert à 100% ; le temps des examens a laissé un gap impressionnant entre cette période et la fin des cours, synonyme des vacances. La fin des cours étant prévue pour le 29 juillet, les écoles ont fermé leurs portes avant terme. Ceci a même obligé les ministres en charge des enseignements primaire et secondaire, à menacer de sanction toute institution scolaire ayant fermé avant cette date. Mais « le chien aboie, la caravane passe », pourrait-on dire.
Ce résultat fâcheux en somme, n’est que le reflet de la qualité de l’enseignement dispensé. Les enseignants, surtout eux, devront se remettre en cause quant à l’exercice de leurs fonctions, de leur métier de forgeron d’âmes. Ils sont la base de ce qui advient en bien ou en mal en cette matière. Les gens qui s’impliquent dans ce domaine ne sont pas forcément ceux qui ont la vocation du métier ; la recherche d’emploi, le déversement maladroit de catégories d’enseignants par nécessité de couverture intégrale du territoire de personnel enseignant et la recherche du pis-aller sont autant de paramètres à prendre en compte dans cette « performance médiocre ».
La gestion parfois fantaisiste de la carrière, pour des raisons politiques en constituent une autre raison de l’échec massif des écoliers qui sont tombés sur le champ de bataille comme des moustiques sous l’effet nocif d’insecticide.
La responsabilité des enseignants est plus engagée ; autant les autorités en sont interpellées. C’est une question de conscience collective. La faute n’est nullement à attribuer aux Nouveaux Programmes car les épreuves d’examens en sont l’émanation. Les élèves n’ont pas été évalués sur un programme étranger mais celui en vigueur et mis en œuvre par les différents acteurs : enseignants et inspecteurs. La question est plutôt relative à la qualité de l’encadrement donné, à tous les niveaux.
C’est pourquoi les réformes engagées sous l’ère de la Rupture doivent s’étendre à ce niveau-là, pour changer le visage hideux et calamiteux de notre enseignement, d’abord primaire, secondaire ensuite et, supérieur pourquoi pas.
En attendant de revenir sur le sujet dans une démarche comparative, nous promettons aussi d’étendre notre analyse après la proclamation des résultats des autres examens, à savoir le BEPC (brevet d’études du premier cycle) et le BAC (baccalauréat).

Félix MAHOUGNON

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE