Journée mondiale de l’Environnement : José Tonato invite à la protection des...

Journée mondiale de l’Environnement : José Tonato invite à la protection des espèces menacées

0
PARTAGER

Le Bénin, à l’instar de la communauté internationale, a célébré, vendredi 03 juin 2016, la Journée mondiale de l’Environnement. A cette occasion, le ministre du Cadre de vie et du développement durable José Didier Tonato, a animé à son cabinet un point de presse sur le thème : « Trafic illicite des espèces sauvages, stop ».

La journée mondiale sur l’Environnement est un moyen pour les Nations-Unies d’accroître leur plaidoyer à l’échelle planétaire sur des questions préoccupantes. A ces occasions, il est rappelé à la communauté internationale et nationale, la nécessité de se concentrer sur une thématique donnée en vue de la faire progresser.  Cette année, les Nations-Unies appellent les gouvernants et les populations  à s’engager dans la lutte contre le commerce illicite des espèces sauvages en voie de disparition tant au niveau de la faune que de la flore d’où le thème : « Trafic illicite des espèces sauvages, stop ».

Dans son propos liminaire, le ministre du Cadre de vie et du Développement durable José Tonato est revenu sur le déséquilibre que crée la disparition des espèces sauvages vis-à-vis des différents écosystèmes. Ce déséquilibre, selon ses dires, pourrait, à l’image des changements climatiques, perturber globalement la vie. C’est pourquoi, il est important, selon lui, de préserver ces espèces rares, les entretenir et même les amener à croître pour inverser la tendance actuelle. S’agissant du cas du Bénin, José Tonato a souligné que la situation est relativement critique au niveau des aires protégées, de la faune comme de la flore, à tel enseigne que le gouvernement a été obligé de prendre des mesures rigoureuses pour lutter contre le braconnage. Les actions du gouvernement dans ce domaine sont basées sur un cadre législatif règlementaire, un dispositif institutionnel marqué par la présence du Centre nationale de gestion des ressources de la faune (Cenagref) qui s’occupe de la gestion des parcs. Pour le ministre du Cadre de vie, l’heure n’est plus aux discours mais à l’action. C’est pourquoi il a invité chaque Béninois à être un gendarme pour protéger les espèces menacées. « Car, c’est ce qui donne de la valeur ajoutée à notre tourisme. C’est notre richesse », a-t-il laissé entendre.

Bertrand HOUANHO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE