Journée mondiale de l’alimentation : Le SYNPA-BENIN plaide pour la vulgarisation du...

Journée mondiale de l’alimentation : Le SYNPA-BENIN plaide pour la vulgarisation du code foncier et domanial

0
PARTAGER

Synergie Paysanne en collaboration avec l’Association nationale des organisations professionnelles d’éleveurs de ruminants (ANOPER) avec l’appui financier du Bureau de la Coopération Suisse a organisé une conférence de presse dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’Alimentation. Objectif, faire un plaidoyer à l’endroit des gouvernants pour une large vulgarisation du code foncier et domanial.

Au cours de cette sortie médiatique quia réuni les acteurs des médias, les personnes ressources et les organisations de la société civile (OSC), partenaires de Synergie paysanne, les conférenciers ont salué les efforts consentis par les gouvernants par rapport à l’installation de l’Agence nationale de domaine et du foncier (ANDF) et les quatorze (14) Bureaux communaux du domaine et du foncier (BCDF).  Le secrétaire général du Syndicat national des paysans du Bénin (SYNPA), Dramane ChabiAkpo, a ensuitefait un plaidoyer au nom de tous les paysans et éleveurs du Bénin pour l’intensification et la vulgarisation des dispositions contenues dans le code foncier et domanial, la poursuite de l’installation des Bureaux communaux du domaine et du foncier (BCDF), la facilitation de l’installation des Structures locales de gestion foncière (SLGF) dans chaque village indépendamment de la mise en place des Plans fonciers ruraux (PFR) pour qu’elles jouent leur rôle en matière de gestion foncière au côté des BCDF.

Il n’a également pas manqué de plaider  pour la généralisation des Plans fonciers ruraux (PFR) en tenant compte des couloirs de passage et des aires de pâturage, l’opérationnalisation des outils de transactions foncières autres que l’achat/vente (les contrats-types), la facilitation à l’accès sécurisé des terres agricoles aux jeunes, femmes et migrants, l’accélération de la mise en œuvre des dispositions du code foncier et domanial contre l’achat massif et la thésaurisation des terres,l’appui du vote d’un code pastoral pour limiter et prévenir les conflits agriculteurs-éleveurs, la promotion de l’agriculture écologique et familiale, la prise de dispositions légales telles que la loi d’orientation agricole et celle sur les changements climatiques.

Djialiri Ambarka Maodé, le trésorier général de l’Association nationale des organisations professionnelles d’éleveurs de ruminants (ANOPER), a laissé entendre que la population mondiale connait une croissance et devrait atteindre 9,6 milliards de personnes d’ici 2050. Pour satisfaire une si grande population, l’agriculture et les systèmes alimentaires devront s’adapter aux effets négatifs du changement climatique et devenir plus résilients, plus productifs et plus durables. Pour ce dernier, c’est à ce seul prix que lebien-être des populations sera garanti.

Marx CODJO (Br Borgou-Alibori)


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE