Invité sur Soleil FM, le Général Kouyami pose le diagnostic de l’armée...

Invité sur Soleil FM, le Général Kouyami pose le diagnostic de l’armée béninoise.

0
PARTAGER

L’émission dominicale de la radio Soleil fm s’est essentiellement penchée sur la question sécuritaire au cours de son 194ème numéro. Étant donné que les enjeux sécuritaires sont si énormes en ces dernières semaines où les cas de braquages et d’insécurité sont grandissants, les animateurs de cette émission ont fait appel à deux anciens hommes de l’armée et de la sécurité du Bénin, le général Kouyami et le commissaire Dadjo Il s’est agit de passer aux peignes fins les maux qui minent aujourd’hui la corporation des agents en uniformes.

Sans langues de bois, les deux principaux invités de l’émission ont étalé , avec un certain professionnalisme et surtout avec beaucoup de respect qu’on connait à leur corps, les différents problèmes qui mettent à mal le Bénin ces dernières années.
« Les agents en uniformes spécialement les policiers ne peuvent pas être mal payés sachant bien qu’ils exposent chaque seconde leur vie et que les autorités leur exigent un bon rendement et un travail excellent sur le terrain. Pour moi, » tout part d’abord de là », c’est par ce constat désolant que le général à la retraite, François Kouyami a démarré son intervention en ce qui concerne les diagnostics des maux dans l’armée béninoise. Pour cet ancien directeur général de la police nationale et également de la gendarmerie sous le régime du Chef de l’État feu Mathieu KEREKOU, « la recrudescence des actes de banditisme et de braquages résulte des frustrations que ne cessent de subir les agents en uniformes désormais manipulés par le politique ».

Il est aujourd’hui un secret de polichinelle que les compétents de l’armée sont écartés, mis aux arrêts ou au garage parce qu’ils ne disposent pas, soit d’un parent politique au sein du pouvoir exécutif, soit ils ne font pas la courbette auprès de ces autorités aux fins de partager leurs opinions politiques. « Aujourd’hui , les avancements tant dans la police que dans la gendarmerie se font sur de népotisme, du clientélisme, de régionalisme et même de l’ethnocentrisme. Si c’est ainsi, la sécurité des personnes et des biens aura forcément un grand coup », à clarifié le général Kouyami sur l’émission.

>>> A lire aussi : Montée de l’insécurité au Bénin: la thérapie du Général Kouyami.

Il a par ailleurs condamné la décision de l’exécutif ayant rapport avec le remplacement des policiers et gendarmes par les militaires pour la garde du corps des personnalités et institutions du pays. Pour cet agent retraité, seuls les agents formés en matière de sécurité sont habiletés à faire « ce job ».

Pour donc palier à cette question d’insécurité dans le pays, le général demande une dépolitisation de l’armée et que les politiques ne franchissent plus les seuils des garnisons et que les méritants, les compétents soient véritablement dénichés et promus si le besoin se fait sentir. « Seul gage pour une vraie rupture », a-t-il dit pour conclure.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE