Introduction de l’Esi dans les curricula des enseignements au Bénin:L’Apessa œuvre pour...

Introduction de l’Esi dans les curricula des enseignements au Bénin:L’Apessa œuvre pour une éducation sexuelle intégrée

0
PARTAGER

Du mardi 8 au vendredi 18 mars 2016, l’hôtel Bel Azur à Grand-Popo a abrité un atelier portant sur l’analyse situationnelle de terrain dans le cadre de l’exécution des activités relatives au projet d’introduction de l’Education sexuelle intégrée (Esi) dans les programmes de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Une initiative financée par l’Ambassade des Pays-Bas et coordonnée par l’Association pour l’éducation, la sexualité et la santé en Afrique (Apessa).

L’objectif de l’Esi est de cultiver chez les adolescents et jeunes, une vie sexuelle saine dès le bas âge. Selon Christelle Maillard, coordinatrice du projet de l’introduction de l’Education sexuelle intégrée (Esi) dans les curricula des enseignements au Bénin et directrice de l’Ong Apessa, cette initiative financée par les Pays-Bas, va faciliter l’accès des adolescents et des jeunes à l’information sexuelle en vue d’une prise en charge de leur sexualité dès le bas âge. C’est ce qui explique, à travers ses propos, la tenue de l’atelier national de l’Analyse situationnelle de terrain (Ast) pour une démarche d’écriture et d’introduction de l’Education sexuelle intégrée (Esi) dans les programmes de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Plusieurs communications ont meublé les 10 jours de l’atelier avec une forte implication des participants. Au nombre de celles-ci, on peut retenir la nécessité d’une véritable éducation scolaire versus information-prévention présentée par Magloire Cossou Consultant Esi primaire, l’état des lieux des grossesses précoces en milieu scolaire au Bénin présenté par la représentante de la Dps Secondaire, les problèmes de santé sexuelle de l’adolescent au Bénin, présenté par Mabou. Tout ceci, avec des échanges sur les activités en cours au sujet de l’Esi, les goulots d’étranglement à leur mise en œuvre par les Ong Abms, Abpf, Ceradis, Plan Bénin et Bupdos. L’Ast, dans le cadre de la rédaction des curricula pour l’éducation sexuelle intégrée, s’est déroulée en deux phases à savoir la phase primaire du 8 au 12 mars et celle secondaire du 14 au 18 mars 2016.
A la question de savoir les résultats escomptés en introduisant l’Esi dans le système scolaire, certains acteurs sont intervenus pour apporter quelques éléments de réponses. Entre autres, il y a le taux de grossesses précoces dans les établissements primaires et secondaires alarmant, l’accès à toutes les informations sur le sexe par les adolescents et jeunes à travers les réseaux sociaux, les comportements déviants et la délinquance juvénile en hausse etc. Egalement, la question de la formation des enseignants a été clarifiée par les consultants. Quant à la formation continue, cela nécessite un programme pour une formation complète et diplômante afin d’avoir les spécialistes en matière d’Education sexuelle des adolescents et jeunes dans les divers établissements scolaires. Outre le nombre considérable de recommandations formulées, des perspectives sont en vue pour l’élaboration et la validation des principales caractéristiques d’une démarche d’écriture du programme d’études de l’éducation à la santé sexuelle. Tout en espérant le projet du référentiel à élaborer pour y apporter des amendements, les participants à cet atelier ont félicité l’Ong Apessa pour l’initiative.

L’Esi reçoit l’adhésion de tous

L’Education sexuelle intégrée ne semble laisser aucun responsable impliqué dans l’éducation des jeunes. Ils étaient en effet, nombreux à répondre à l’appel de l’Apessa. Cadres du ministère des enseignements maternel et primaire, du ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, du ministère de la santé, du ministère de la famille, les Partenaires techniques et financiers, précisément l’Ambassade des Pays-Bas, l’experte de l’Unfpa/Unesco, les leaders religieux, le Président de la Fédération nationale de l’association des parents d’élèves, les représentants d’Ong du domaine de l’éducation sexuelle, les consultants recrutés pour la rédaction des curricula, les membres de l’équipe de coordination de l’Esi. Tout le monde est d’accord et s’implique à sa manière à la réussite de ce projet.

FF

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE