Implication des anciens Dc et Sg de la Fonction publique dans les...

Implication des anciens Dc et Sg de la Fonction publique dans les concours frauduleux : Adamou Amidou et Djagoun Ernest contestent

0
PARTAGER

Nulle part dans le rapport de la commission de vérification de la régularité des concours directs de recrutement d’agents de l’Etat organisés au titre de l’année 2015 au profit de l’administration centrale des finances, des régies financières et autres corps de l’Etat, il n’a été dit que les personnes impliquées dans la chaîne de paraphes des actes d’organisation des concours sont également impliquées dans la fraude. L’acte de paraphes d’actes est une responsabilité administrative qui ne saurait être assimilée à une quelconque implication dans la fraude qui relève des acteurs des niveaux techniques opérationnels chargés de leur élaboration matérielle. Or, depuis que la commission de vérification a rendu disponible son rapport, les noms de l’ancien Directeur de cabinet Adamou Amidou et de l’ancien secrétaire général Djagoun Afouda Ernest du ministère de la Fonction publique sont cités par une certaine presse et sur les réseaux sociaux comme des personnes impliquées dans cette fraude et identifiées par la commission. Ce que les sieurs Adamou Amidou et Djagoun Afouda Ernest contestent par un courrier en date du 17 juillet 2016, adressé au président de la commission de vérification des concours. Dans cette correspondance, l’ancien Dc et l’ancien Sg du ministère de la Fonction publique ont souligné qu’en effet, le tableau en trois colonnes des vingt-trois  défaillances et responsabilités a mentionné leurs noms à savoir Adamou Amidou et Djagoun Afouda Ernest comme des personnes impliquées dans la chaîne des signatures des actes des concours pour avoir paraphé, avant la signature du ministre, les arrêtés N° 006 bis et 007 bis ayant servi de base à l’organisation des concours ainsi que les décisions portant composition des jurys d’organisation desdits concours. Dans une deuxième colonne, il a été fait remarquer qu’ils sont des personnes impliquées dans l’organisation des concours sans manuel de procédures. D’où vient alors cette interprétation erronée du rapport par la presse sur leur prétendu implication dans la fraude ? Il y a donc nécessité de faire dire au rapport ce qu’il a réellement dit. D’où cette correspondance de contestation que les concernés ont adressée au président de la commission afin que soit corrigée cette erreur manifeste dans l’appréciation et l’exploitation des conclusions des travaux de la commission de vérification. En tout état de cause, Adamou Amidou et Djagoun Afouda Ernest disent avoir la conscience tranquille pour avoir servi loyalement l’administration et l’Etat béninois.

B.H.


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE