Ifangni: Le groupe  »Thématique Education » œuvre pour la culture de l’excellence.

Ifangni: Le groupe  »Thématique Education » œuvre pour la culture de l’excellence.

0
PARTAGER
Le groupe  »Thématique Education » a entamé depuis quelques jours dans tous les arrondissements de la commune d’Ifangni, une tournée d’écoute  de tous les acteurs du système éducatif de notre pays, ceci au regard des résultats catastrophiques enregistrés l’année scolaire écoulée pour y apporter des solutions.

C’est désormais un secret de polichinelle que les résultats de l’année académique 2015-2016 ont affiché le vrai visage de l’école béninoise et les responsabilités sont partagées. Qui pour accuser les programmes d’étude en vigueur, qui pour accuser le corps enseignant, qui pour incriminer les apprenants. La réalité ainsi en face où le rejet du tord devient un jeu de ping-pong entre acteurs du monde éducatif, il revient désormais à chaque structure de la société, en tout cas pour les plus crédibles de dresser le diagnostic. C’est bien ce qu’a compris le  »cadre intégrateur » de la commune d’Ifangni à travers l’une de ses  composantes dénommée groupe  »thématique Education’ en initiant hier cette rencontre qui a réuni dans tous les bureaux d’arrondissement de la commune d’Ifangni, tous les acteurs du système éducatif. Directeurs de collèges, directeurs d’écoles, enseignants de tous ordres et parents d’élèves ont massivement effectué le déplacement. A la  salle de conférence de l’arrondissement de Banigbé,  Franck Okpeicha et Gérard Kpèdotossi sont les représentants du groupe  »thématique Education » qui ont animé le débat.  »Quelles sont les causes de l’échec massif des enfants d’Ifangni aux derniers examens scolaires et les solutions à y apporter » était le seul point inscrit à l’ordre du jour. Pour se faire, c,’est le corps enseignant qui est invité en premier lieu à faire sa lecture, chacun selon son analyse de la situation. Lors de ce débat à bâton-rompu, les enseignants n’ont pas gardé la langue de bois pour accuser les parents qui ont démissionné dans leurs obligations de suivi de leurs enfants. Mieux, les enseignants déplorent la suppression du châtiment corporel  qui pourtant a fait ses preuves dans la formation de l’apprenant d’antan. D’autres incongruités liées à la piètre prestation des apprenants dont entre autres, le manque du personnel suffisant et qualifié,  le manque du mobilier , les insuffisances  du programme d’étude, le phénomène de l’utilisation d’un téléphone portable par les apprenants, l’inexistence ou l’inactivisme de l’association des parents d’élèves se sont ajoutées à la kyrielle de problèmes évoqués par les enseignants.
S’agissant des parents, ils déplorent l’absentéisme et le retard des enseignants à aller en classe, la consommation de l’alcool, et autres stupéfiants au vu et au su des apprenants, une maldonne qui concoure au défaut  de considération de la part des apprenants.  Des actes d’attentat à la pudeur sont devenus monnaie courante entre enseignants et apprenants avec son corollaire de notes fantaisistes, l’irrespect à  l’autorité hiérarchique,  et le lot des enseignants indélicats qui favorisent la tricherie aux apprenants. Au plan professionnel, les enseignants ne prépareraient plus le cours à dérouler d’où le manque de compréhension des apprenants.
A ces préoccupations qui ont sombré les résultats scolaires dans la commune d’Ifangni, Franck Okpèicha et Gérard Kpèdotossi ont promis rendre compte à qui de droit pour des remédiassions. Il est à noter que la question de  la  formation et  du recyclage des enseignants n’ont  pas été occultés.
Charles HONVOH 
 


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE