Grogne dans le secteur de la santé : Les hôpitaux paralysés pour...

Grogne dans le secteur de la santé : Les hôpitaux paralysés pour 48h

1
PARTAGER

Ça grogne à nouveau dans le secteur de la santé. Après de longues semaines d’accalmie, les paramédicaux réunis au sein de l’Intersyndicale des ressources humaines en santé (Irhs) déplorent le mutisme du gouvernement quant à la satisfaction de leurs revendications. Mécontents du non-respect des engagements pris par le gouvernement, ces agents de santé ont décidés de déclencher un mouvement de débrayage de 48h à compter de ce mardi, 04 octobre 2016. Ceci pour exiger du gouvernement, la rétrocession des défalcations opérées sur les salaires des agents du CNHU-HKM pour des faits de grève ; le paiement de salaires des agents contractuels recrutés en 2014, la signature du décret d’indemnité de logement ; le paiement de primes de risque, le paiement des rappels de primes de motivation. Joint au téléphone, le secrétaire général de l’Intersyndicale, Adolphe Houssou a fustigé l’indifférence du gouvernement malgré la menace de paralysie des formations sanitaires.

Pour lui, il n’est plus question de reculer même s’ils sont conscients que la vie des patients est en danger. « Nous n’allons pas démordre si l’on ne règle pas ces problèmes », a mis en garde Adolphe Houssou. L’Intersyndicale reproche en outre au gouvernement de la Rupture de l’avoir écarté des travaux de commission technique chargée des réformes dans le secteur de la santé. Alors qu’ils sont acteurs à part entière du secteur, les paramédicaux ne comprennent pas qu’on ne leur permette pas de réfléchir, au même titre que les professeurs et autres médecins qui y figurent. « Nous devons avoir des représentants dans cette commission », ont-ils revendiqué, refusant de voir d’autres décider à leur place. Tout en rassurant de la disponibilité des paramédicaux à poursuivre les négociations, le porte-parole de l’Intersyndicale menace de corser le mouvement en passant de de 48h à 72h de grève/semaine au cas où leurs revendications resteraient sans suite.

Aziz BADAROU

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Que l’administration Béninoise est un peu de tenu.grève jusqu’au point où même le service minimun ne peut s’occuper des donneurs de sang.quand même. j’en viens de ce pas.Or on est dans le besoin cuisa nt du sang.ayez pitié au moins des malades.trop c’est trop.tout le peuple vous suit.

LAISSER UN COMMENTAIRE